Dr Kakese de l’URDC dénonce la navigation à vue en RDC et lance un appel au changement en RDC

0
39

Face au public et devant les médias, il ne cesse de se présenter comme l’homme d’une nouvelle ère politique en Rd Congo. Il s’agit bel et bien du Dr Kakese Malela François Nicéphore, le président national de l’Union pour le Réveil et le Développement du Congo (URDC). Il a tenu à expliquer cette vision en présence d’une poignée des journalistes le vendredi 26 novembre 2010 au siège de son parti dans la commune de Kinshasa. 

            D’entrée de jeu, il a tenu à souligner qu’ « après la tenue des élections à caractère démocratique en 2006, le gagnant,  Joseph Kabila, n’a pas accompagné son pouvoir par une nouvelle structure politique et moins encore d’une gouvernance différente de celle du passé. S’entourant des Mobutistes et comme pour pérenniser leur œuvre, il a centralisé le pouvoir sur le principe de celui qui gagne prend tout. Ainsi le Congo offre aujourd’hui l’image d’une force du désordre du fait qu’il est devenu un pays d’exception et d’exclusion au lieu d’être une nation d’inclusion. »

            Dr Kakese estime que « la corruption, le népotisme et la politique de diviser pour régner en vigueur durant les 32 ans de vie de la deuxième république sont sérieusement renforcés par l’actuel gouvernement. Ainsi, la centralisation du pouvoir à Kinshasa permet d’établir un système de patronage et de clientélisme très poussé entre la capitale et les provinces où les pions installés par le pouvoir obéissent à l’œil et au doigt comme par le passé. En bref, l’opération retour’ règne à tous les niveaux des institutions de l’Etat et même dans certaines sociétés paraétatiques. Ceci explique la théorie du Mobutisme à 100% sans la présence de Mobutu. Conséquence logique de cette situation, les réformes initiées dans tous les secteurs ne pourront jamais aboutir. » 

            L’homme qui prône une révolution culturelle en Rd Congo, note qu’une nation ne peut pas se construire par une seule opinion. « Jusqu’à présent, l’homme politique congolais ne comprend toujours pas et croit que tout celui qui a une opinion contraire à la sienne sur la marche du pays est son ennemi. Il n’y a qu’une solution, l’éliminer, l’écarter et le considérer comme une menace pour le fauteuil, » a dit le président national de l’URDC. Il estime que son parti a du pain sur la planche car il faut instaurer une nouvelle ère politique au pays « en éduquant l’homme politique à comprendre que chaque fils et chaque fille du pays ont le droit  d’avoir et d’exprimer une opinion contraire à celle de tel ou tel autre groupe. »

            Dr Kakese Malela fait remarquer qu’ « aujourd’hui, le congolais en général à le voir est fatigué et est resté apathique et passif, prêt à tout accepter face à certaines injustices sociales (ex. manque total d’emploi). Cette passivité doit être combattue dans la nouvelle ère politique en Rd Congo car un peuple qui lutte est un peuple vivant.»

            Il a une autre approche envers les Occidentaux. « Actuellement l’Amérique, ni l’Europe ne dicte et ne recommande personne. De ce fait, nous devons stopper de nous en prendre au colonisateur à cause de nos propres erreurs qui font que nous soyions en retard de développement. Par contre, nous avons tout intérêt à considérer celui qui était hier colonisateur comme étant aujourd’hui un frère, un ami et un partenaire réel pour développer notre pays », a indiqué le président national de l’URDC.

            Il a conclu en déclarant qu’ « aucun Congolais ne connaît ce que sera le Congo dans 5, 10 ou 15 ans pour la simple raison que ceux qui dirigent le pays ne pensent jamais à planifier. Tout est fait pour le présent et les investissements ne reposent sur aucun plan fiable dans ce pays et la génération future n’étant pas prise en compte est totalement ignorée. Avec l’URDC, cela doit changer. » 

Propos recueillis par JR Bompolonga 

 

LEAVE A REPLY

*