Double jeu du Rwanda au Nord-Kivu : quelles leçons pour Kinshasa ?

0
40

Le gouvernement congolais vient enfin d’admettre, par la voix de son porte-parole, Lambert Mende, que c’est le Rwanda qui instrumentalise les forces négatives présentement très actives au Nord-Kivu : CNDP, M. 23 et FDLR. Selon les éléments livrés lors de sa conférence de presse tenue à Goma, c’est ce pays voisin qui pourvoit le général Bosco Ntaganda, le colonel Makenga ainsi que les FDLR en troupes, armes et argent. A en croire ce ministre, l’exécutif national congolais est parvenu à cette conclusion après avoir longuement enquêté. Tous les patriotes qui, depuis des semaines sinon des mois, agitaient la sonnette d’alarme pour interpeller les officiels congolais au nsujet du double jeu de leurs présumés alliés de Kigali, sont plus ou moins apaisés. Toutefois, une telle acceptation des évidences, sur le tard, laisse des regrets dans les cœurs.

Des millions de Congolaises et Congolais vont rester longtemps marqués par le refus de leurs gouvernants de reconnaître l’implication du Rwanda dans la perturbation de la paix au Nord-Kivu, le financement et l’armement des mouvements rebelles animés par des Rwandais en territoire congolais, le recrutement et l’entraînement de leurs troupes.
Maintenant que Kinshasa a compris de quel côté se trouve la vérité, il reste à savoir s’il va tirer les leçons des agendas cachés de Kigali, lesquels ne datent pas d’aujourd’hui.
 
En effet, de 1996 à 2012, le Rwanda n’a jamais joué franc jeu avec la République Démocratique du Congo. Pour ne prendre que le dernier fait en date, tout le monde aura constaté qu’au moment où les gouvernements congolais et rwandais signaient un nouvel accord de collaboration, le samedi 19 mai à Kigali, Kagame et ses lieutenants avaient déjà poignardé la RDC dans le dos, à travers les micro-rébellions du CNDP et du M.23. Pendant que les armes crépitaient au Nord-Kivu, que Bosco Ntaganda et Makenga faisaient couler le sang des Congolais sur le sol des ancêtres de ceux-ci, le Rwanda exigeait, avec le maximum de cynisme, que la RDC prenne la charge de la traque des FDLR et qu’elle laisse ouvertes ses frontières aux services de sécurité rwandais pour des missions de vérification dans cette partie de la République.
Sans pour autant accuser Kinshasa de naïveté, force est de constater que Kigali a largement et longuement abusé de sa bonne foi. Après la découverte du pot aux roses, il est permis de croire que la RDC va mettre une croix sur tous ses accords de coopération militaire et sécuritaire avec le Rwanda. L’on espère que des dispositions utiles vont être prisées pour ne plus conclure des partenariats avec des forces négatives qui viennent de se révéler comme des bras armés de Kigali pour nuire à la paix et à la stabilité du grand Congo. 
 
Palais du Peuple : un malheureux huis clos
 
Après la dernière prise de position du gouvernement congolais face aux événements du Nord-Kivu, le huis clos du bureau du président de l’Assemblée Nationale sur la question orale avec débat du député Martin Fayulu parait plus que jamais comme un geste malheureux. Si l’objectif visé était d’empêcher que des secrets d’Etat soient étalés sur la place publique ou que des officiels congolais et rwandais signataires d’alliances militaro-sécuritaires soient diabolisés, il y a lieu de noter que l’on est passé à côté de la plaque.
Nos compatriotes, qui le savaient déjà, viennent d’avoir la confirmation, de la part de Lambert Mende, que le principal ennemi de la paix au Congo n’est autre que le voisin rwandais.
Puisqu’il en est ainsi, le bureau l’Assemblée Nationale n’a logiquement plus de raison de redouter un débat public, sous quelque forme que ce soit – question orale ou interpellation- sur la situation sécuritaire du Nord-Kivu et l’accord du 19mai 2012 signé par Kinshasa et Kigali.
Le persistance de la langue de bois, au niveau de l’hémicycle de Lingwala, pourrait faire penser à certains que toute la vérité ne serait peut-être pas dite sur le CNDP, le M.23 et les FDLR, ces nébuleuses dont l’anéantissement par les FARDC est vivement souhaité.
 
Kimp

LEAVE A REPLY

*