Dossier Chebeya : le dossier transféré à la Cour Militaire

0
39

La Voix des Sans Voix pour les Droits de l’Homme (VSV) vient d’apprendre avec inquiétude le transfert jeudi 28 octobre 2010, du dossier assassinat Floribert CHEBEYA BAHIZIRE et Fidèle BAZANA EDADI à la Cour Militaire par l’Auditorat Général des Forces Armées de la RDCongo (FARDC). 

            Les inquiétudes de la VSV sont- d’autant plus grandes que le suspect n°1, Lieutenant-Général John NUMBI BANZA TAMBO n’est pas justiciable devant la Cour Militaire.

            En effet, la VSV constate la matérialisation en perspective des craintes jadis exprimées par les ONGDH d’assister à un déni de justice et des violations manifestes de garanties du droit à un procès juste et équitable au mépris des standards tant nationaux qu’internationaux en la matière.

            Le transfert du dossier devant la Cour Militaire signifie que seuls les autres suspects en l’occurrence colonel Daniel MUKALAY et consorts comparaîtront

devant cette juridiction alors que des plaintes et autres éléments ont été mis à charge du no1 de la Police Nationale Congolaise (PNC) par les familles

biologiques victimes et la VSV.

            Ce transfert du dossier à la Cour Militaire ne surprend guère I’opinion si

I’on doit s’en tenir aux informations parvenues à la VSV faisant état de la mobilisation tous azimuts des personnalités politiques et financières de haut-rang en faveur du suspect susévoqué. Ces personnalités auraient  promis de tout mettre en oeuvre, à travers leurs positions politiques et financières. Pour que le Lieutenant-Général John Numbi Banza Tambo ne puisse être poursuivi dans cette affaire gravissime.

            En tout état de cause, la VSV s’insurge contre un plan visiblement préétabli, visant à organiser une parodie de justice qui, au lieu de faire éclater la vérité à travers une justice juste et équitable sur le double assassinat entre les mains de l’Etat voudrait blanchir des suspects à l’autel des intérêts politiques et partisans et consacrer ainsi l’impunité en RDCongo.

            La VSV, en sa qualité de partie civile dans cette affaire, réitère sa demande à la justice militaire d’arrêter Général John NUMBI BANZA TAMBO et le déférer à la Haute Cour Militaire pour qu’il y réponde des actes répréhensibles lui reprochés.

            Somme toute, la VSV réitère une fois de plus, la demande faite par les ONGDH dans leur lettre datée du 24 septembre 2010, adressée au Président de la République Démocratique du Congo, monsieur Joseph KABILA KABANGE sollicitant la nomination le plus tôt possible de deux (2) magistrats militaires de grade et rang de Lieutenant-Général ou à défaut le commissionnement de deux (2) hauts magistrats militaires de la Haute Cour Militaire et de l’Auditorat Général des FARDC pour besoin de la cause. 

Fait à Kinshasa, le 04 novembre 2010 

La VOIX des Sans-Voix pour les droits de l’homme (VSV)

 

LEAVE A REPLY

*