Diomi ignore tout contact avec Mwando

0
24

Alors qu’il séjourne loin  de Kinshasa depuis le début et jusqu’à la fin  des consultations  de l’informateur du gouvernement  Charles Mwandø au Grand Hôtel, Eugène Diomi est la cible des attaques de ses compagnons de l’opposition qui  ont décidé à l’issue d’un conclave,  de prendre part aux travaux de l’assemblée nationale  contre la décision du président de l’UDPS, Etienne Tshisekedi annulant les élections législatives.
Le seul péché de Diomi est le faite qu’il est l’un de rare à s’en tenir au mot d’ordre de Tshisekedi bien qu’élu avec  un score confortable dans la circonscription électorale de Funa dans la ville province de Kinshasa.
Ses détracteurs ont profité de la rencontre  au Grand Hôtel entre le Secrétaire Général de son parti  et Mwando  pour noyer un homme qui a décliné les avantages accordés aux députés pour sa loyauté à son leader Tshisekedi  et  sa détermination à militer pour le rétablissement de la vérité des urnes.

  Au cours d’un point de presse tenu à l’hôtel Cana, le secrétaire générale de la Démocratie chrétienne Freddy Kita a tenu à fixer l’opinion qu’il est parti au GHK de sa propre initiative pour réaffirmer la position de son parti qui reconnait Tshisekedi comme le seul président légitime élu par le peuple congolais.
Il a souligné que dans un mémo qu’il a rémi à son interlocuteur, son parti a  fait  comprendre au camp Kabila à travers Mwando que le pays connait une crise de légitimité qui risque de dégénérer  si l’actuel pouvoir  continue à gouverner par défi contre la volonté du peuple congolais qui avait voté massivement le président de l’UDPS à la magistrature suprême au scrutin du 28 novembre 2011.

Freddy Kita a fait remarquer que c’est par courtoisie qu’il a répondu à l’invitation de Mwando et non pour chercher un poste dans un gouvernement  qui sera issu de ces consultations.
Pour le précité, les traîtres sont ceux qui, après avoir bénéficié de l’aura du président Tshisekedi   pour se faire élire, crachent aujourd’hui sur sa décision annulant les élections législatives du 28 novembre pour les émoluments et les grosses cylindrées et non Diomi qui est resté fidèle au lider  Maximo.

Freddy Kita a saisi l’occasion pour fustiger le manque de constance du président de l’UNC, Vital Kamerhe qui a reconnu la victoire de Kabila alors qu’à l’aube  de la publication des résultats des élections présidentielles par la CENi, l’ancien président de l’Assemblée nationale proclamait Tshisekedi  vainqueur et ne cessait de réclamer le recomptage des voix.            
Joint au téléphone pendant ce point de presse, Diomi  a révélé qu’il ne figure pas sur la liste des opposants indésirables à la résidence de Tshisekedi sur la rue Pétunias.

ERIC WEMBA

LEAVE A REPLY

*