Des dialogueurs menacent de retirer leurs signatures si le reliquat de cinq mille dollars Us ne leur est pas payé

4
647

Le dialogue convoqué par Joseph Kabila et qui s’est tenu au Camp Tshatshi n’a pas fait que des heureux. Avant que l’encre n’ait séché et que la machine institutionnelle n’ait démarré sa course vers l’installation du fameux gouvernement de transition, voilà que
certains dialoguistes se mettent à exposer dans la rue ce qui était jusque là considéré comme un secret de famille.

Selon des sources généralement crédibles, un groupe des dialoguistes a pris d’assaut le bureau du facilitateur pour réclamer bruyamment les reliquats des « per diem » qui avoisineraient la somme de cinq mille dollars Us.

Les membres du cabinet du togolais Edem Kodjo, heureusement absent de la capitale, ont usé de subterfuges et manœuvres pour éviter un véritable scandale au siège social de la facilitation. En croyant pouvoir calmer les esprits surchauffés en leur promettant une suite favorable, une fois le facilitateur rentré du sommet de Luanda. Eclats des voix, bousculades, échanges de parole peu amènes à la limite de l’injure, tout y est passé.

Comme à l’accoutumée, c’est l’occasion rêvée par des badauds et autres oisifs pour vivre en direct ce genre d’évènements. En quelques minutes, le jardin ou ce qui sert de parking de ce siège a été envahi par des « shègues » qui ne se sont pas empêchés de lancer quelques chansons, quolibets et commentaires croustillants et par moment
désagréables.

Quel que soit le camp où l’on se trouve, ces évènements traduisent les comportements de ceux qui étaient sensés analyser les voies et moyens pour mettre fin à cette crise sociopolitique qui déchire le pays depuis cinq ans. Car, aux yeux du congolais moyen, par esprit patriotique, les participants à ces assises n’auraient pas dû réclamer un quelconque per diem. Bien plus, menacer de retirer leurs signatures signifie qu’on a affaire à des irresponsables, des individus uniquement guidés par la popitique du ventre et qui n»ont aucune qualité pour engager le peuple meurtri de la RDC qui ne demande pour l’amélioration de l’environnement politique, économique et social. On comprend mieux maintenant les révélations  d’Adolphe Muzito qui ont permis à la population congolaise de savoir que la plupart des délégués au Dialogue, ont signé l’accord sans l’avoir lu. Un vrai scandal.

D’aucuns considèrent que ceux qui ont affiché ce genre de comportement médiocre et ridicule ne méritent pas de figurer dans une quelconque institution de la République. Qu’adviendra-t-il en effet si par hasard ce genre de personnages subiraient un grand retard de paiement de leurs émoluments s’il leur arrivait d’occuper des hautes fonctions politiques ? De toutes les façons, leur chantage est inopérant car il est trop tard pour retirer leurs signatures, c’est un coup d’épée dans l’eau, a indiqué au Phare un autre dialoguiste apparemment révolté par un tel comportement.

Castro

4 COMMENTS

Comments are closed.