Dialogue national: unique voie de sortie

0
29

Une frange de l’opposition vient de rejoindre   Mwenze kongolo, compagnon de LD Kabila, qui n’a pas fait usage de la langue de bois pour fustiger la trahison au sommet de l’Etat dans la guerre de l’Est.   
C’était après avoir décliné l’invitation du premier ministre lancée à la télévision nationale le mercredi 8 août. Selon ces acteurs politiques, les questions de la guerre et la défense  de l’intégrité du territoire national dépassent, à ce stade, sa compétence, en plus du fait que la cohésion nationale  ne se forme pas autour de lui.

 Ces  acteurs politiques de l’opposition réunies hier jeudi 16 Août  au Cepas ont, dans une déclaration lue par le Dr Matusila   en présence de ses pairs. Lisanga Bonganga, Mwenze Kongolo, Ewanga, …  exigé une rencontre avec le président de la République dans le meilleur délai, en présence de la communauté internationale, afin de trouver ensemble des solutions à la crise et reconstruire la cohésion nationale.  Ils ont dénoncé l’invitation lancée par le ministre de l’Intérieur aux partis Politiques pour discuter, hiee jeudi 16 août de  la situation à l’Est, sans  prendre en considération leurs observations émises dans la déclaration du 9 août dernier.


 Pour les précités,  le groupe  consultatif mis en place le 4 août  est une structure informelle et inconstitutionnelle.
 Ces acteurs politiques ont saisi l’occasion pour confirmer leur compassion et solidarité envers les fils et filles de la partie orientale de la RDC, victimes, affirme-t-ils d’une guerre injuste. Ils imputent la responsabilité aux nombreuses fautes de gouvernance, frisant la trahison, commises par le pouvoir en place notamment à travers l’accord de paix signé avec le CNDP, les conclusions de différentes conférences du Kivu, les opérations de mixage des diverses forces et groupes armés , les nominations et déploiement sélectif des commandants militaires.
 Tout en réaffirmant leur  attachement inébranlable à l’intégrité territoriale de la République Démocratique gravement menacée par  les velléités de balkanisation alimentées particulièrement par  le Rwanda, ces acteurs politiques ont condamné l’instrumentalisation du M 23 qu’ils considèrent comme un mouvement politico- militaire issu du CNDP, lequel fait partie intégrante de la Majorité Présidentielle.


Ils  se sont dit  convaincus que seul  un dialogue sincère et inclusif constitue le meilleur moyen de résoudre la crise multiforme dans laquelle est plongé le pays depuis les élections de novembre émaillées, d’après ces derniers, de fraudes, d’assassinats, des arrestations arbitraires et de violations massives des droits de l’homme qui ont entamé sérieusement la crédibilité des institutions de la République et  la cohésion nationale.
 Ces hommes politiques ont enfin pris à  témoin la nation et la communauté internationale sur leur volonté de participer activement  à la résolution de la crise actuelle,  leur cahier de charge étant prêt. Ce dernier sera soumis aux débats au cours d’un dialogue sincère et inclusif, selon les normes requises dont les résolutions devront être contraignantes, exécutoires et opposables à tous.

ERIC WEMBA  

LEAVE A REPLY

*