Dialogue : les «Indépendants» s’accrochent aux élections à la base

0
122

Ceni_1

Réunis au sein de l’Union des Candidats Indépendants(UCI), les postulants à la députation provinciale formellement identifiés et publiés par la Commission Electorale Nationale Indépendante (CENI) sont montés au créneau, hier mercredi 27 janvier 2016, pour exprimer leur position face aux enjeux politiques de l’heure. Dans une déclaration commune signée, entre autres, par Eric Masamba Mazola, Pierre Kitsita Manata, Aimé Nsonsa, Nsambu Bibiane, William Kabongo, Landu Banzola Nicha, etc., ces personnalités politiques ont d’emblée rappelé qu’elles ont été les plus lésées par l’avortement du chronogramme des échéances électorales. «Nous, les candidats indépendants, avons beaucoup investi en temps, moyens financiers et matériels, énergies, programmes, etc. et n’avons pas trouvé satisfaction. Nos cœurs bouillonnent, le Dialogue nous concerne en premier lieu… », a indiqué, d’entrée de jeu, l’initiateur de cette structure, Eric Masamba Mazola.

En effet, appuie-t-il, ses congénères et lui soutiennent la bonne tenue d’un Dialogue national pour l’élaboration d’un nouveau calendrier électoral « réaménagé » en vue des élections apaisées à tous les niveaux. Cependant, pour eux, ces joutes devraient prioritairement débuter par les élections à la base, particulièrement les provinciales, les sénatoriales, celles de nouveaux gouverneurs de provinces à travers la République, etc. « Bien entendu, nous sommes d’avis qu’il faut prendre effectivement en compte nos frères et sœurs de la diaspora afin qu’ils participent à l’ensemble du processus électoral… », a martelé ce candidat.

Œuvrant déjà pour la tenue du dialogue national à travers la sensibilisation de leurs bases dans leurs différentes communes d’habitation, ces personnalités politiques se sont, d’ores et déjà, engagées à soutenir les retombés et conclusions du Dialogue national, expression d’une paix consolidée et durable. «Communiquer et vulgariser auprès des électeurs, le bien fondé de dialoguer, c’est aussi l’expression de la promotion d’une démocratie participative et de la valorisation des droits humains, expression d’une solidarité nationale et, gage d’une alternance politique apaisée… », a expliqué Eric Masamba.

Il convient de noter que les membres de l’UCI siègent actuellement sur le Boulevard Lumumba à Limete et s’attèlent à ce jour à garantir la libre expression à tous. « De même, nous avons droit à l’information, à la consultation et à être consultés sur tout événement de nature à influencer dans un sens ou dans un autre le fonctionnement et la marche du pays… », ont indiqué ces prétendants aux sièges provinciaux.

  Tshieke Bukasa