Dialogue : le G7 et la Dynamique désavouent Edem Kodjo

0
204

Leaders G7A peine désigné pour une mission de consultation des acteurs politiques et de la Société civile de la RD Congo, en vue de recueillir leurs avis et considérations en rapport avec le Dialogue,  Edem Kodjo est déjà rejeté par une frange importante de l’Opposition, notamment le G7 et la Dynamique de l’Opposition. Sur fond d’une déclaration commune faite au siège du G7 à Gombe/Socimat, hier lundi 18 janvier 2016, les leaders de ces deux plateformes ont clairement refusé de souscrire à la facilitation initiée par la présidente de la Commission de l’Union africaine dans le cadre dudit dialogue. Entre autres raisons évoquées : Madame Zuma n’a fait allusion ni à la Constitution de la RDC, ni à l’Accord-cadre d’Addis-Abeba, ni aux Résolutions du Conseil de Sécurité de lONU, dans son communiqué de presse, ni aux questions majeures relatives à la démocratie, aux élections et à l’État de droit, pourtant érigées en valeurs absolues par les textes fondamentaux de l’Union Africaine, plus particulièrement par son Acte constitutif, la Charte africaine des droits de l’Homme et des Peuples et par celle de la démocratie, des élections et de la gouvernance.

Somme toute, les opposants congolais ont, face à cette sortie médiatique de l’UA, plutôt préféré tirer la sonnette d’alarme car « le communiqué de Mme Zuma n’est pas susceptible de faciliter le déblocage rapide du processus électoral et de consolider la démocratie en RDC ».

  1. Les regroupements de l’opposition politique en République Démocratique du Congo, le G7 et la Dynamique de l’Opposition, ont pris connaissance du communiqué de Madame la Présidente de la Commission de l’Union Africaine (UA), daté du 14 janvier 2016, relatif au dialogue national convoqué par le Président Joseph Kabila.
  2. Le G7 et la Dynamique relèvent que ce communiqué ne correspond pas à la réalité de la situation politique actuelle en République Démocratique du Congo et ne reflète pas les aspirations démocratiques du Peuple congolais. Ce communiqué témoigne, en plus, que la Commission de l’UA est soit mal renseignée, soit insuffisamment informée de ce qui se passe en RDC.
  3. La Dynamique de l’Opposition et le G7 rappellent à l’intention de la Communauté internationale, en général, et de l’UA, en particulier, que la crise artificielle actuelle en RD Congo a été délibérément créée par le Président Joseph Kabila’ et sa famille politique, la Majorité présidentielle, qui tiennent à demeurer ‘au pouvoir contre la volonté du Peuple congolais et en violation de la Constitution de la République, pacte fondateur de la Troisième République et socle des valeurs républicaines et démocratiques sur lesquelles reposent la cohésion nationale, la paix civile et la stabilité institutionnelle en République Démocratique du Congo;
  4. Afin d’atteindre cet objectif de conservation du pouvoir par la force, le Président Kabila et ses partisans ont mis en oeuvre une stratégie planifiée de :
  • blocage du processus électoral;
  • restriction des libertés fondamentales ;
  • violation organisée des droits de l’Homme;
  • répression de toute contestation, même pacifique, de leur politique de gestion du pays.

Cela est bien la preuve d’une gouvernance totalitaire qui s’installe dans le pays.

  1. Le G7 et la Dynamique de l’Opposition déplorent que le communiqué de presse de Madame la Présidente de la Commission de l’UA ne fasse nullement allusion à la Constitution de la RDC et aux questions majeures soulevées ci-dessus, relatives à la démocratie, aux élections et à l’Etat de droit, pourtant érigées en valeurs absolues par les textes fondamentaux de ‘l’Union Africaine, plus particulièrement par son Acte constitutif, la Charte africaine des droits de l’Homme et des Peuples et par celle de la démocratie, des élections et de la gouvernance. De même, ils s’étonnent de ce que Madame la Présidente ignore totalement les résolutions pertinentes 2098 et 2211 du Conseil de Sécurité de l’ONU sur la RDC.
  2. Pour la Dynamique de l’Opposition et pour le G7, la position de Madame la Présidente de la Commission exprimée dans ce communiqué n’est pas susceptible de faciliter le déblocage rapide du processus électoral et de consolider la démocratie en RDC. Au contraire, elle va exacerber la tension politique et éloigner davantage toute perspective d’organisation des élections, plus spécialement de la présidentielle et des législatives que les Congolais attendent dans le délai constitutionnel.
  3. Plus grave, la position de Madame la Présidente de la Commission de l’UA apparaît comme une caution inacceptable apportée à la tentative du Président Kabila et de sa Majorité, de remettre en cause l’ordré politique et institutionnel démocratique convenu par toutes les forces vives de la Nation congolaise au Dialogue inter congolais à Sun City, en Afrique du Sud, sous l’accompagnement conjoint de l’Organisation des Nations Unies (O.N.U), et de l’Union africaine (UA), en 2002;
  4. Le G7 et la Dynamique de l’Opposition soulignent qu’à l’heure actuelle, il n’y a pas de crise institutionnelle ou constitutionnelle en République Démocratique du Congo qui puisse justifier la tenue d’un forum national après celui de Sun City qui a permis:
  • la conclusion d’un compromis historique consacré par la Constitution du 18 février 2006 adoptée par 85% du Peuple congolais;
  • le rétablissement de la paix en RDC et le recouvrement de son intégrité territoriale ;
  1. La Dynamique et le G7 rappellent et réaffirment que la crise actuelle est artificielle. Elle est, en effet, l’expression de la volonté du Président Kabila de tuer la démocratie en RD Congo en se façonnant un nouvel ordre politique et une nouvelle Constitution qui lui garantissent une présidence à vie, ce que les Congolais, déjà meurtris par trente-deux ans de dictature, ne peuvent accepter ni tolérer.
  2. Pour le G7 et pour la Dynamique, toute solution à l’impasse actuelle, intentionnellement créée, passe impérativement par:
  • le respect de la Constitution de la République;
  • l’alternance démocratique conformément à la Constitution;
  • l’organisation d’élections libres, pluralistes, transparentes et crédibles, dans le délai constitutionnel.
  1. De tout ce qui précède, le G7 et la Dynamique de l’Opposition réitèrent leur rejet catégorique du dialogue convoqué par le Président Joseph Kabila, car inopportun et sans objet. Par conséquent, ils ne peuvent souscrire à la facilitation initiée par Madame la Présidente de la Commission de l’Union africaine dans le cadre dudit dialogue.

12.Enfin, la Dynamique de l’Opposition et le G7 lancent un appel pressant à la Communauté internationale et à l’Union africaine en particulier, qui, par ailleurs, se sont tant investies pour que la RD Congo revienne à la vie d’un Etat normal, de tout mettre en oeuvre afin que le Président Kabila, garant de la Constitution, la respecte et libère la démocratie ainsi que le processus électoral, gages de l’unité nationale, de la paix, de la stabilité et du développement durable en République Démocratique du Congo.

  1. La crédibilité et l’image de l’Union Africaine en dépendent.

Fait à Kinshasa, le 18 janvier 2016

Pour  le G7

Le Président en exercice

Honorable Charles Mwando Nsimba

Pour la Dynamique de l’Opposition

Le Modérateur en exercice

Honorable Jean-Lucien Bussa Tongba