Dialogue : la Monusco pour le respect du délai constitutionnel

0
97

IMG_0592Le principal sujet politique national de l’heure, le Dialogue, s’est invité, hier mercredi 2 décembre 2015, à la conférence de presse hebdomadaire de la Mission des Nations-Unies pour la stabilisation de la RD Congo(Monusco). Le porte-parole de la Mission, Félix-Prosper Basse, qui a répondu à une question de la presse, a réaffirmé qu’il s’agit d’un rendez-vous purement congolais, entre Congolais, et qui va ressortir des décisions congolaises. « La Monusco est là pour accompagner. Elle ne prendra pas des décisions à la place des Congolais… » a-t-il précisé, soulignant que l’Onu soutient une rencontre qui respecte le délai constitutionnel.

En définitive, le fonctionnaire onusien a profité de l’occasion pour inviter la classe politique congolaise à dialoguer pour aplanir leurs divergences. 

Au registre sécuritaire, son collègue porte-parole militaire, a rapporté que le climat sécuritaire au Nord-Kivu a été marqué par la récurrence d’attaques menées par des éléments de l’Alliances des Forces Démocratiques (ADF) contre les positions des Forces onusiennes, congolaise et les populations civiles basées dans le territoire de Beni ; mais également par l’activisme d’autres groupes armés rapporté dans les différents territoires de cette province.

Dans le territoire de Beni, les rebelles de l’ADF ont accru leurs attaques contre les populations civiles, ainsi que les troupes des Forces onusienne et congolaises pendant la période sous examen. Le 24 novembre 2015, par exemple, 5 civils ont été tués, 3 autres et 2 enfants portés disparus, suite à l’attaque menée par les éléments de l’ADF dans la localité de Mukoko, située à environ 5 kilomètres au Nord-est d’Oicha. Le 26 novembre 2015, des éléments de l’ADF ont lancé deux attaques contre des positions des FARDC situées dans la région de Linzo, à 5 kilomètres au Sud d’Eringeti. Les troupes de l’armée congolaise ont riposté, repoussé les attaques, et tué deux assaillants. « La Brigade d’Intervention de la Force de la MONUSCO a promptement déployé des troupes d’intervention rapide sur les lieux de l’incident, afin de soutenir les militaires congolais et de sécuriser la région » a-t-il indiqué.

            Le 29 novembre dernier, les éléments de l’ADF ont lancé plusieurs attaques contre les positions de l’armée congolaise et celles de la Force onusienne situées dans les localités de Makembi (6 kilomètres au Sud-ouest d’Eringeti) et d’Eringeti (8 kilomètres au Nord d’Opira), pillé des biens de valeur à Eringeti-centre, incendié le poste de police et l’hôpital d’Eringeti. Des troupes de la Brigade d’Intervention de la Force de la MONUSCO ont vigoureusement engagé à l’arme lourde les assaillants, qui ont lancé trois tentatives d’attaque contre les positions de la Force onusienne située à Eringeti, et perdu un Casque bleu suite aux combats. un autre soldat de la paix a été blessé.

            Il convient de noter que ces incidents ont provoqué le déplacement des populations civiles en direction du Nord, vers l’Ituri. D’autres civils ont cherché refuge autour du poste opérationnel de la Force de la MONUSCO du contingent népalais.

            A ce jour, le bilan de ces combats fait état de16 insurgés de l’ADF dont 3 femmes, 4 militaires des FARDC et 8 civils (5 à l’hôpital d’Eringeti et 3 à Eringeti-centre) tués. 4 militaires des FARDC ont également été blessés au cours de combats.

            Les Forces coalisées MONUSCO-FARDC ont aussi récupéré auprès des assaillants 2 obus de mortier de 82 mm, 4 armes AK-47 et 1 grenade.

            Le 1er décembre 2015 à 8 heures 15, suite aux informations rapportées par des engins sans pilotes (drones) de la MONUSCO confirmant la présence d’es léments de l’ADF, des hélicoptères d’attaque de la Force de la MONUSCO ont engagé des positions de l’ADF situées à 7 kilomètres au Sud-est. L’attaque aérienne des hélicoptères de combat de la Force de la MONUSCO, a-t-on appris, a été suivie par des tirs d’artillerie contre les positions de l’ADF.      Tshieke Bukasa