Dialogue : Atundu lance un appel aux hésitants

0
59

atunduLors de sa toute première conférence de presse de l’année tenue hier au siège de la Majorité Présidentielle à Ndolo sur l’avenue Claude Maluma, l’Ambassadeur Alain-André Atundu a planché sur deux problèmes majeurs qui donnent à la RDC sa place de leader des Etats au Monde sur le plan de la protection de la survie de l’humanité. A savoir la question douloureuse du lac Tchad et celle du Parc des Virunga.

De ce fait, le porte-parole de la M.P. a salué la désignation de notre ministre des Affaires Etrangères, Raymond Tshibanda, comme « facilitateur dans les négociations en vue d’un accord contraignant, équitable et différencié » lors des travaux de la COP 21 à Paris. A ce sujet, il a eu droit à une lettre de félicitations du ministre des Affaires Etrangères de la France, M. Laurent Fabius, ci-devant président de cette conférence mondiale sur le changement climatique. Cet honneur est dû aux efforts déployés depuis bien longtemps par la RDC dans sa politique de la protection de la nature et de l’environnement.

Dans ce combat pour la survie de l’humanité, a poursuivi l’Ambassadeur Atundu, la RDC « saura honorer son engagement de solidarité universelle dans le respect de la souveraineté nationale et de l’intérêt bien compris des populations congolaises ». Il en est ainsi du traitement du dossier sur l’exploitation du pétrole du Parc des Virunga et de la ponction des eaux de l’Oubangui pour sauver le lac Tchad.

Le porte-parole de la MP ne pouvait pas ne pas évoquer le problème du contingent congolais en République Centrafricaine. Il a ainsi déploré la décision du Secrétaire général de l’ONU « de méconnaitre ou de nier l’efficacité de l’action de ce contingent sur le terrain, c’est-à-dire, réussir à établir la confiance entre les troupes de la MINUCA et les populations locales ». Pour le porte-parole de la M.P, cette décision manifestement excessive risque « de traiter les hommes de ce contingent comme des intrus et de jeter l’opprobre sur tout un peuple ».

La Majorité Présidentielle est prête pour le dialogue 

Les listes des membres pour le comité provisoire, celle des participants au dialogue, les sujets à proposer à l’ordre du jour déjà retenus se trouvent sur la table de la direction politique en attendant l’arrivée du facilitateur désigné par l’Union Africaine.

Qu’ils s’agisse du format de ce rendez-vous, du délai, de la composition, de l’ordre du jour, des décisions à prendre dans le cadre de ce forum seront, comme convenu, prises de façon consensuelle, a insisté le porte-parole. C’est ainsi que la M.P. « lance un appel nationaliste à la conscience républicaine et démocratique de ceux qui hésitent encore à rejoindre la dynamique nationale du dialogue. Ils ne doivent pas céder à la tentation de jouer à la mouche du coche qui croyait fermement mais à tort que ses bourdonnements aux oreilles des moines faisaient avancer le coche ».

            L’Ambassadeur Atundu a tenu à donner à sa toute première conférence de presse pour cette année le cachet d’un tour d’horizon des faits saillants de l’année écoulée. C’est ainsi que sur le plan politique, il a épinglé des événements politiques ayant marqué l’année 2015, notamment les échauffourées entre les forces de l’ordre et « certains groupuscules chauffés à blanc par des acteurs politiques malicieux de l’opposition ». C’est grâce à la seule sagesse des présidents de deux chambres du parlement que le pire a été évité de justesse. L’installation des nouvelles provinces et les nominations des commissaires spéciaux afin de se conformer aux prescrits de la constitution, étant donné la pertinence des échéances électorales a donné lieu à des interprétations divergentes et parfois contradictoires. Il y a ensuite l’élection du président Aubain Minaku en qualité de président de l’association des parlementaires francophones qui a été considérée comme une belle reconnaissance internationale de l’action de l’intéressé pour un parlement congolais de plus en plus démocratique.

            Le monde économique a été marqué par une nette amélioration du secteur des transports. Avec, particulièrement la reprise du trafic fluvial grâce à la réhabilitation de nombreux bateaux, tel l’Itb Kokolo et bien d’autres. Du côté routier, l’arrivée de la société Transco et aussi des véhicules dits « Esprit de vie » ont amélioré de façon visible les conditions de circulation dans la ville de Kinshasa. Le trafic ferroviaire sur le tronçon Kinshasa-Matadi a été rendu effectif grâce à la réhabilitation des locomotives et des trains. L’avènement de la société Congo Airways avec dans un premier temps deux aéronefs a permis de réduire très sensiblement les prix des billets. La mise en service de l’aérogare modulaire à l’aéroport international de Ndjili lui a donné une image flatteuse et attrayante pour booster le secteur du tourisme. Le lancement du parc agropastoral de Bukangalonzo n’est que le début d’autres sites de ce genre bientôt dans les autres coins et recoins de la République.

            Sur le plan sécuritaire, à moins d’être sourd et aveugle ou de mauvaise foi, il y a lieu de noter le démantèlement significatif par les FARDC des forces irrégulières et négatives opérant dans les territoires de l’Est avec comme effet immédiat la réduction fort sensible de leurs capacités de nuisance sur les populations civiles et non armées.

            Le secteur culturel et moral  n’a pas été ignoré car, 90 artistes et écrivains ont été décorés tout comme l’hommage rendu à un groupe des magistrats du parquet ayant fait preuve de nationalisme dans des conditions particulièrement difficiles. Des actes qui démontrent que la valeur morale et le travail bien fait deviennent désormais des éléments essentiels pour la promotion sociale et professionnelle, a souligné le porte-parole de la MP.

                                                            F.M.