DGI : Dieudonné Lokadi Moga pulvérise les records

0
165

dieudonne_lokadi2_0La Direction générale des Impôts (DGI en sigle) a réalisé au titre de la seule échéance du 3l mars 2014, les recettes fiscales de l’ordre d’environ 233 milliards de francs congolais, alors que le gouvernement lui avait exigé les, prévisions évaluées à 228 milliards de francs congolais, soit un bonus de 5 milliards de FC, pulvérisant ainsi tous les records des réalisations enregistrées depuis la création de cette régie financière.

            Cette performance bien que provisoire, en attendant de réunir tous les résultats de manière définitive, indiquent les observateurs, équivaut à l’ensemble de l’exercice 1989-1990. Le directeur général des Impôts, Dieudonné Lokadi Moga, qui a donné cette information récemment, au cours d’un point de presse, à l’hôtel des Impôts dans la commune de la Gombe, a affiché un triomphe modeste, se bornant à indiquer que « dans l’ensemble, nous sommes satisfaits par le bon déroulement des opérations … », avant de noter que < le même effort devra être poursuivi par l’ensemble du personnel pour le reste de l’année en cours ).

            Le patron du fisc en RDC a également fait remarquer que ces bons résultats ont été réalisés dans I’ensemble des centres de perception au niveau des grands services tels que la Direction d’es Grandes entreprises (DGE) qui a réalisé à elle seule plus de 202 milliards de francs congolais, la Direction provinciale de la province Orientale avec plus ou moins 6 milliards de FC, la Direction provinciale du Katanga qui totalise plus de 10,5 milliards de FC et la ville de Kinshasa qui est au-delà de 9 milliards de FC.

            Pour Dieudonné Lokadi, le message de la haute direction a été compris au niveau de l’ensemble des provinces.

Le directeur général des Impôts a justifié cette grande performance par l’effort des services, d’une part, et d’autre part, la sensibilisation et d’encadrement (que sa régie) a mené, tambour battant, avec l’implication des autorités au niveau gouvernemental, le fait que I’Administration fiscale a proposé quelques mesures, de nouvelles stratégies et modalités de paiement des impôts encadrés par la Direction générale des Impôts, suivant lesquelles les contribuables devraient aller s’acquitter de ses droits à la banque et venir par la suite déposer sa déclaration accompagnée de preuves de paiement.

            Cette stratégie a, selon le Directeur Général Lokadi, réduit de manière sensible les cas de détournements de recettes.

Les agents de la DGI ont été déployés dans toutes les institutions concernées pour faciliter les paiements aux assujettis et les entités.

Globalement, l’Administration fiscale a enregistré de bons comportements au niveau des contribuables de grande et moyenne taille, cependant au niveau de petits contribuables: micros et petites entreprises il n’y a pas eu beaucoup d’engouement malgré la grande campagne de sensibilisation, leur nombre est demeuré relativement faible par rapport aux attentes avant de souligner que les bons résultats ont été enregistrés par les contribuables qui relèvent du droit commun.

            L’Administration fiscale continue à encourager tous les contribuables qui ne se sont pas encore acquittés de leurs obligations, à titre de l’impôt sur les bénéfices et profits pour l’année comptable 2013, à venir le faire très rapidement, soutenant que des < avis de relance> leur seront adressés pour se présenter, dans un délai de cinq jours.

            En cas des difficultés de trésorerie, ils peuvent obtenir des services, des facilités en termes d’échelonnement de paiement dans le respect des procédures légales de la législation.

            Un représentant du personnel de cette régie financière contacté a rassuré les autorités  gouvernementales ainsi que les responsables de l’Administration fiscale, de la détermination de tous les membres du personnel d’oeuvrer pour la maximisation des recettes en vue de donner à l’Etat, les moyens de sa politique, … «maintenant que nous avons bien travaillé >, nous attendons des autorités le retour de l’ascenseur », a-t-il conclu. Il y a lieu de relever ici que depuis le lancement de la TVA, la question de l’impôt intéresse de plus en plus la population congolaise. La performance de la DGI est aussi à imputer à l’éveil du civisme fiscal et aux mesures de réforme qui visent essentiellement la simplification des procédures des facilités et à l’amélioration des rapports entre la DGI et les contribuables.

            Les rencontres entre la DGI et les organisations socio-professionnelles, notamment la Fédération des entreprises du Congo (FEC) pour l’encadrement des échéances montrent que tous se sont mobilisés pour maximiser les recettes de l’Etat pour la reconstruction de notre chère patrie, la République Démocratique du Congo.

LEAVE A REPLY

*