Le DFC persiste et signe :  « Le Dialogue made in Kabila a les relents de modifier la Constitution »

0
281

joseph kabilaLa situation que traverse la RD Congo était au cœur de la réunion du Comité exécutif national du Collectif des Démocrates Fédéralistes Congolais (DFC) en son siège, hier mercredi 6 juillet 2016. En somme, a indiqué le président national de cette formation politique, Liwa Mandalu, son parti salue la tenue du Conclave de Bruxelles par l’Opposition politique et approuve à juste titre ses conclusions. « Ce forum a eu le mérite de sceller l’union de toute l’opposition dans sa diversité pour le triomphe de la démocratie par l’alternance pacifique
du pouvoir dans notre pays » a-t-il appuyé.

S’agissant du Dialogue inclusif, le DFC, a souligné son président, s’aligne sur la position du Conclave de Bruxelles qui refuse le Dialogue « made in Kabila » qui a les relents de modifier la Constitution. D’où le soutien mordicus du Dialogue selon l’Accord-cadre d’Addis-Abeba et les Résolutions 2277 du Conseil de sécurité de l’ONU par les Démocrates fédéralistes pour aboutir à l’apaisement du peuple congolais.

Félicitant le Chef de l’Etat pour sa déclaration faite à Kalemie au sujet de la tenue des élections conformément à la Constitution de la RD Congo, promulguée par lui-même le 18 février 2006, le DFC a cependant déploré le fait que Joseph Kabila n’ait pas clairement parlé
de la convocation du scrutin présidentiel le 19 septembre 2016, conformément à l’article 73 de la loi fondamentale.

En ce qui concerne les élections dans le délai constitutionnel, tout en reconnaissant l’importance du fichier électoral qui tient compte de la démographie incluant les Congolais de l’étranger, les nouveaux majeurs et excluant nos compatriotes décédés, pour garantir le
scrutin, Liwa Mandalu est formel : « Il n’est pas possible d’actualiser le fichier électoral et tenir le respect du délai constitutionnel ». Pour apaiser le peuple congolais, il soutient
l’organisation des élections présidentielle, nationales et provinciales avec le fichier actuel afin de continuer le cycle électoral avant d’entamer les premières élections au niveau de la
base.

Alors que la question de financement se pose avec acuité, le DFC fonde son optimisme sur la prédisposition de beaucoup de pays amis à aider la RDC. Dans le lot, il cite les Etats-Unis d’Amérique et certaines organisations telles que l’ONU, l’UE, l’OIF et l’UA.

Dans un autre registre, le DFC a relevé l’incapacité du gouvernement à juguler la dégringolade du Franc congolais qui a atteint le seuil de 1050 FC pour 1 dollar américain seulement. « Le DCF ne peut comprendre que le gouvernement ne s’attache qu’à la baisse du prix du baril de pétrole pour justifier la dégringolade du FC alors que, paradoxalement, le prix des autres produits d’exportation tels que le bois et autres minerais n’ont souffert d’aucune baisse notable de prix… », a-t-on conclu.
Tshieke Bukasa