Deux voisins à la barre pour des factures d’électricité

0
33

Deux voisins, Paul Mpali et Léon Kakese, habitant à Kinkole, commune de la Nsele, se retrouvent à la barre pour n’avoir pas trouvé un terrain d’entente sur une histoire des factures d’électricité. Le différend ayant débouché sur une agression à l’endroit de Paul Mpali, les deux protagonistes ont fait la ronde des tribunaux et même des services spéciaux de la police.  L’une des juridictions en charge dudit dossier est le Tribunal de Grande Instance «  TGI » de Ndjili. L’affaire en question est inscrite sous le numéro RP 3115. Au terme de l’audience du mardi 2 mars 2010, consacrée surtout à l’instruction de ce dossier, le tribunal a requis la présence en date du 16 mars 2010  de l’OPJ Zacharie Bwenga, du bourgmestre de la commune de Nsele,  Nkama, du major Mukinzi pour l’éclairer sur certains points. La plaidoirie pourrait avoir lieu le même jour.

Tout s’est joué en date du 22 mai 2009. Ce jour là, Léon Kakese, fonctionnaire  au ministère de l’Intérieur, est fâché de constater que lui et sa famille sont privés du courant. Et comme, Mpali qui a installé son échoppe devant sa maison, ne s’acquitte plus depuis plusieurs mois des factures de courant, Léon Kakese s’enflamme.

S’ensuit une bagarre entre les Mpali et les Kakese. L’œil droit du fonctionnaire est endommagé. Son épouse part alerter les forces de l’ordre. Le bourgmestre de Nsele s’oppose à l’arrestation de Mpali.  Entre-temps, Mpali va débourser 13000 francs  pour les  soins de l’œil de son voisin.  Malchanceux, Bopeke, jeune frère de Mpali, ayant lui aussi pris part à la bataille rangée entre les deux familles, est toujours en détention préventive au CPRK.

Questions sans réponses

Assistée de trois avocats, la partie citante a  chargé le fonctionnaire coupable selon lui d’avoir débité des mensonges sur son compte. Selon l’intéressé, il n’a jamais porté la main sur le cité. Ce dernier est jaloux de lui. Il l’a toujours traité de « kuluna ». Ayant réussi à le mettre en détention à Kin Mazière en date du 1er juillet 2009 avec la complicité de l’OPJ Zacharie Bwenga, il lui a fait signer de force un acte d’engagement contraignant. Ne pouvant faire autrement au risque d’aller en prison, il est sorti de ce « trou » trois jours plus tard. Entre-temps, il avait déboursé 150 dollars américains, 23000 francs congolais,… Non content de l’avoir diffamé, il le harcèle depuis près d’une année. Le jour de mon interpellation, on est venu me chercher vers 4 heures du matin. De Kinkole, j’avais été acheminé à Ndjili (Mabanga) et de là, j’ai été transféré à Kin Mazière, a-t-il souligné..

Bègue, Léon Kakese n’a pas été prolixe. Son avocat a fait observer au tribunal que l’autre partie doit à son client 53 250 francs et un portable de marque Nokia de double sim. En raison de l’attitude partisane du bourgmestre de Nsele et de la lenteur observée au niveau du Ciat de Kinkole, son client s’est vu dans l’obligation de se tourner du côté des services spéciaux de la police. Paul Mpali et les siens ont multiplié des procès. «  Arrestation arbitraire, menaces verbales, imputation dommageable » sont les préventions retenues à charge de mon client dans d’autres juridictions. Kakese ayant été agressé le 22 mai, le lendemain ce dernier s’est rendu au Commissariat de Kinkole. Entre temps, son œil continuait de couler. Mpali jouait au chat et à la souris avec les forces de l’ordre. Son frère, a été interpellé pour des raisons évidentes.

Pourquoi le bourgmestre Nkama s’est opposé à l’arrestation de Mpali après la rixe ?  N’est-il pas indiqué d’appeler à la barre l’opj Bwenga ?

Comment s’est opérée l’arrestation de Mpali ?

Telles sont les questions posées par le ministère public à l’endroit de la partie citée. N’ayant pas obtenu des réponses claires sur ces points, la présence des témoins à la prochaine audience a été jugée nécessaire. Par ailleurs, le concept de litispendance (des faits jugés dans plusieurs juridictions de même rang) confirmé, il a été demandé à l’avocat de la partie citée d’écrire à qui de droit. Une fois  ce  schéma enclenché, ces affaires là peuvent être jointes au dossier en cours au TGI de Ndjili, a indiqué le juge président au conseil du cité.

Jean- Pierre Nkutu

 

LEAVE A REPLY

*