Deux ministres menacés de mort

0
44
Dans la nuit de dimanche 30 au lundi 31 août 2009, des tirs nourris ont été entendus à partir des résidences privées du ministre de l’Environnement, Conservation de la Nature et Tourisme, José Endundo Bononge (présent sur les lieux), et de son collègue des Affaires Etrangères Alexis Thambwe Mwamba, en mission de travail en Libye. L’information s’est répandue dans la ville et pour s’assurer de sa véracité, le quotidien de l’avenue Lukusa est descendu dans les cabinets de ces deux ministres.

            Le cabinet du ministre des Affaires Etrangères s’est déclaré incompétent pour confirmer ou infirmer cette information, dès lors que le patron de la diplomatie congolaise était à l’extérieur du pays. Son Secrétaire Particulier ne pouvait risquer le moindre commentaire, sans l’aval de sa hiérarchie.

            L’information a cependant été confirmée au niveau du cabinet du ministre de l’Environnement, Conservation de la Nature et Tourisme, sur l’avenue des Cliniques, à Gombe. Selon notre source, « les assaillants étaient arrivés aux environs de minuit. Après avoir pris position autour la résidence ministérielle, ils ont ouvert un feu nourri. Au terme de la fusillade, les assaillants ont quitté les lieux, pour n’avoir réussi à attirer la garde dans le piège de la riposte, puisqu’ils savaient que les lieux étaient sous bonne garde policière.

Celle-ci avait en effet reçu la consigne non seulement de ne pas répliquer dans la précipitation, mais surtout de ne pas sortir de la résidence.

            C’est tôt le matin, en procédant à l’inspection de la cour de la résidence, que la sécurité a découvert une enveloppe laissée probablement par les assaillants et contenant un message lourd de menace de mort pour le ministre, au cas où il commettrait l’erreur de témoigner contre Jean- Pierre Bemba, lors de son procès à la Cour Pénale Internationale.

            Qui leur a dit que José Endundo serait cité comme témoin à charge ou à décharge ? Nul ne le sait.

            Selon le cabinet du ministre de l’Environnement, les assaillants sont arrivés aux environs de 23 heures chez Alexis Thambwe Mwamba et ont également tiré des coups de feu et laissé le même message. De la Libye où il se trouve, le patron de la diplomatie congolaise était informé de la situation. Et c’est lui qui a appelé le ministre de l’Environnement pour l’informer de ce fait. Ce dernier lui a alors signalé que les mêmes hommes étaient passés chez lui, la même nuit.

            Cela n’a pas perturbé le travail au niveau de ces deux cabinets ministériels. Le personnel a vaqué comme à l’accoutumée à ses occupations comme si rien ne s’était produit.

            Signalons que les ministres José Endundo Bononge et Alexis Thambwe Mwamba avaient, durant les années du conflit armé, rejoint les rangs du Mouvement de libération du Congo (MLC), alors un mouvement rebelle piloté par le sénateur Jean- Pierre Bemba, détenu depuis le 24 mai 2008 à la Cour pénale internationale (CPI).

 

Jean- René Bompolonga 

LEAVE A REPLY

*