Deux jours d’atelier pour domestiquer le paludisme

0
55

Prix RechercheUn atelier de deux jours, réunissant plusieurs chercheurs et experts en paludisme – parmi lesquels des professeurs, médecins, partenaires bi et multilatéraux et ceux de l’initiative « Faire reculer le Paludisme », membres des divers corps académiques et chercheurs des universités et instituts supérieurs ;  – se tient depuis hier 27 avril 2016, à l’Hôtel Memling, dans la commune de la Gombe. Son thème : Promouvoir un cadre d’échange autour de la recherche sur le Paludisme ». Les divers sujets et communications retenus visent à faire le tour de différents aspects de l’épidémiologie du paludisme et de la lutte contre cette endémie en République Démocratique du Congo. Prenant la parole au nom du ministre de la Santé publique, Komba Djoko, directeur
chef de service « 6ème Direction » à ce ministère, a souhaité que ces assises accouchent des évidences à même de guider les choix de stratégies et des priorités pour lutter efficacement contre le
paludisme.

Le représentant du ministère de la Santé a signalé que ces journées entraient dans le cadre de la Célébration de la Journée Mondiale du Paludisme 2016, dont le thème est : « En finir pour de bon avec le Paludisme ». C’est une ambition qui entre en droite ligne de la vision globale d’élimination du paludisme et de l’engagement africain de son élimination en Afrique d’ici 2030. C’est ainsi que le premier jour de cet atelier a vu plusieurs chercheurs – une vingtaine – venant de plusieurs provinces du pays, exposer les résultats de leurs recherches. Une cartographie du paludisme en RDC et les efforts de recherches entreprises ont été exposés, y compris les enquêtes, études et analyses sur l’épidémiologies à travers les provinces et les hôpitaux du pays. En outre, Kinshasa et ses communes ont fait l’objet d’une enquête et études sur son épidémiologie et sa prévalence. On a
constaté que la malaria sévit davantage dans les secteurs périphériques de la capitale comparativement à ses centres urbains.
SAKAZ