DEUX GRANDS GROUPES ARMES OUBLIES : Bakata-Katanga et Gédéon Kyungu

0
56

Mai-MaiAprès le point de presse relatif à la déroute du M23, animé hier mardi 05 novembre par Lambert Mende Omalanga, ministre des Médias, chargé des Relations avec le Parlement et de l’Initiation à la Nouvelle Citoyenneté, force est de reconnaître la volonté du Gouvernement de la République de dénoncer et combattre toutes les forces négatives qui sèment la désolation à l’Est de la Rd Congo. Cette attitude mérite des félicitations de l’opinion publique du fait qu’elle traduit la volonté des autorités de s’acquitter d’une des missions régaliennes d’un Etat de droit, à savoir celle de sécuriser en prime sa propre population, mais aussi et surtout celle de combattre l’impunité, d’où qu’elle provienne. Défaits sur le champ de bataille par les Forces Armées de la Rd Congo (FARDC), les rebelles M23 – particulièrement comme groupe armé – ne seraient plus qu’un mauvais souvenir. Conformément à la volonté exprimée par le Gouvernement, le M23 n’est pas la seule force négative qui doit être éradiquée. Il y a aussi les FDLR, ADF/Nalu, LRA, etc.

Mais dans cette énumération faite devant la presse, des observateurs attentifs ont noté que deux groupes armés très nocifs et aux effets dévastateurs sont oubliés. Il s’agit du groupe des Bakata-Katanga et de celui de Gédéon Kyungu (alias Cinja-Cinja), coupeur des têtes des paysans katangais. Il convient de rappeler que ce dernier est un évadé qui s’était échappé en pleine journée de la prison de Kasapa, grâce à des complicités. Malgré les dénonciations faites par des Organisations des Droits de l’Homme et des actions de recherche entreprises par les autorités locales, ce criminel de grand chemin qui avait pour mission de terroriser, violer, décapiter les têtes de ses victimes, particulièrement des paysans de sa contrée n’a jamais été repris par la justice. Il continue à mener librement sa vie de criminel au Katanga, malgré la litanie des crimes contre l’humanité commis non seulement par lui-même, mais aussi par ses hommes. Et il n’est pas mentionné parmi les forces négatives à éradiquer, de même que les Bakata-Katanga.

Ce dernier groupe est autant dangereux que le M23 dont il copie les revendications de balkanisation du pays. La seule différence avec M23 – dont les ordres viennent du Rwanda et de l’Ouganda est que les Bakata-Katanga sont instrumentalisés par certains politiciens et personnalités locaux dénoncés déjà par les ONG de Droits de l’Homme du Katanga et qui sont prêts à renouveler la triste expérience du 11 juillet 1960. Nombre de personnes éprises de justice et des défenseurs des Droits humains souhaitent que les autorités de notre pays intègrent ces deux groupes parmi les forces négatives à combattre et à éradiquer

SAKAZ

LEAVE A REPLY

*