Deux grands concerts VIP avec 50 chansons célèbres

0
47

A quelques  jours de la date commémorative de l’indépendance de la RD Congo, le décor de fête s’implante à pas de géant au niveau du boulevard Triomphal. Au niveau des préparatifs officiels, des voix s’élèvent pour exiger que des manifestations culturelles soient à la hauteur de l’événement d’un grand pays au cœur de l’Afrique. A cet effet, nous avons découvert une initiative louable de l’asbl belgo-congolaise « Etaming Culture », d’un mécène de la culture congolaise, Sammy Lubaki, qui vient pimenter la fête. Son projet consiste à organiser des concerts sur les cinquante chansons congolaises les plus célèbres depuis 1960 à ce jour. Des chansons qui sont déjà sélectionnées avec le concours du public et des experts de la musique congolaise. « Des chansons triées en fonction de leur célébrité, leur notoriété, leur popularité et leur réputation durant les 50 ans de la RDC. Pour le moment, deux dates sont fixées pour les grands concerts. Il s’agit des 29 et 30 juin. Nous attendons encore d’être fixés sur les lieux des événements étant donné que nous avons signé, le 31 mars 2010,  un partenariat de collaboration avec le Comité du cinquantenaire par le biais de l’Ambassadeur Mutamba», a souligné Sammy Lubaki.

En effet, jouissant de ce quitus, Sammy Lubaki, avec son alter ego belge Toni, organise depuis quelques mois des répétitions musicales journalières avec les artistes congolais toutes générations confondues, dans la salle culturelle de Ste Anne vers la gare centrale de Kinshasa.  

Apport du Palais de BOZAR 

Compte tenu des relations historiques entre les Belges et Congolais, ce projet a rencontré les préoccupations du Palais de Bozar de Bruxelles, en Belgique. C’est grâce à ce partenariat avec le Palais de Bozar que les préparatifs des concerts sont très avancés. La prise en charge du per diem d’une quarantaine d’artistes venant aux répétitions est assurée. Toutefois, nous avons remarqué un grand enthousiasme chez les artistes présents à la répétition du mardi 15 juin. Sous la direction artistique de Maïka Munan, les artistes observent avec religiosité toutes les consignes pour que lesdits concerts puissent laisser des traces dans le patrimoine congolais. Sur scène, on a vu les stars de la vieille génération à côté des jeunes talents  en communion d’esprit pour des productions légendaires. « Nous avons invité tous les artistes, en activité ou non, à offrir leur cachet particulier. Beaucoup ont dit oui sans aucune hésitation. Certains ont donné leur accord de principe mais tardent à venir.», explique Sammy.

De Mathieu Kuka d’African Jazz au vieux Roger à la guitare hawaïenne, le doyen Guvano en passant par Lutumba Simaro, Papa Wemba, Nyoka Longo Jossart, Pépé Fély Manuaku, Evoloko Joker, Bozi Boziana, Koffi Olomidé sans oublier les Mama Vonga Yé, Mbilia Bel, Tshala Muana…De la génération intermédiaire : Reddy Amisi, Manda Chante, Werrason, Kabose, Fally Ipupa, Ferré Gola, Barbara Kanan…

Ils pourront tous interpréter leurs chansons sélectionnées ou jouer celles des autres. La vision étant de mettre en exergue les rythmes Rumba, Boléro, Patchanga… Les organisateurs ont également pensé à la chorégraphie durant le spectacle sous la coordination du doyen Jean-Pierre Kabeya du Théâtre national. Et, parmi les chansons déjà sur le répertoire des 50 ans, l’on cite  : Indépendance Cha cha (retenue en entrée en matière de toute production), Félicité et Jamais kolonga (Grand Kallé), Mokolo nakokufa (Rochereau), Mario (Franco), Chouchouna et Mère supérieure (Papa Wemba), La tout neige (Nyoka Longo), Ngobila (Koffi Olomidé), Kin ebouger (Wenge original), Associé (Fally Ipupa)… 

La réplique des concerts de Kinshasa se fera en juillet 2010 au Palais de Bozar à Bruxelles.

Bref, le Comité du Cinquantenaire devra utiliser à bon escient cette piste artistique pour travail de qualité abattu au bénéfice du Congo et son peuple. Et, son implication devra se sentir par l’appui en matériels techniques adéquats pour des spectacles dignes et professionnels. Il faut également assurer le décor, les costumes adaptés à l’événement. Car, ce qui se déroule à la paroisse Ste Anne peut marquer un tournant au niveau de notre musique en révolutionnant la manière de travailler des artistes congolais. 

Eddy Kabeya  

 

LEAVE A REPLY

*