Deux congolais bénéficiaires de la bourse « Chevening »

0
52

La Grande-Bretagne octroie chaque année des bourses de la catégorie « Chevening » aux expatriés désireux de parfaire leurs connaissances dans divers domaines dans les universités et écoles supérieures anglaises .  Pour cette 26 ème édition, la RDC aligne deux candidats, à savoir Alain Manzenza et Karis Bantu Musako.  Manzenza fera une maîtrise en gestion financière à l’Université de Coventry de Londres. Musako a opté pour une maîtrise en Politique Sociale et Développement à l’Ecole des Sciences Economiques et Politiques de Londres. La valeur approximative de ces bourses est de 20000 livres sterling. Les cours débutent au mois d’octobre. Asha Brooks, secrétaire politique à l’ambassade britannique et les deux compatriotes  étaient hier mardi 17 août 2010 face à la presse. Cela s’est passé dans la concession de la chancellerie britannique en RDC. La diplomate britannique et les deux futurs « londoniens » sont revenus sur l’historique des bourses d’études « Chevening », les critères de sélection et les raisons ayant motivé l’octroi des bourses. 

             Gérées par le ministère britannique des Affaires Etrangères et du Commonwealth, ces bourses d’une durée d’un an sont très compétitives et limitées en nombre. Les candidats, potentiels leaders de demain,  doivent présenter un excellent dossier académique. Il leur est demandé d’avoir une expérience professionnelle avérée, une réelle force de caractère. Motivés pour entreprendre une carrière qui les mènera à des postes de leadership dans leurs propres pays dans les dix prochaines années, ils sont censés maîtriser parfaitement la langue de Shakespeare. 

Rêve réalisé 

            Alain Manzenza n’a pas caché sa joie d’avoir réalisé un vieux rêve. Un leader a souvent le regard tourné vers le futur, a-t-il indiqué. Promoteur d’un centre de formation des entrepreneurs, il a dit vouloir continuer d’exploiter ce créneau.  Les  connaissances  qu’il va acquérir en Grande-Bretagne vont lui permettre d’accroître ses capacités dans son secteur de prédilection.  En définitive, il milite pour le développement de l’entreprenariat.

            Juriste de formation et spécialiste en diplomatie, Musako a dit avoir travaillé à la Croix Rouge, au Sud Soudan, au Sri Lanka et preste désormais au Pnud. Ce globe trotter s’est mis en tête l’idée de lutter contre la pauvreté. En allant en Grande-Bretagne, il compte dès son retour au pays s’atteler à la mise en place des politiques sociales pour le compte du milieu rural.  En fait ce qui lui tient à cœur : l’exploitation agricole à grande échelle, la création des richesses à partir de nos ressources et le développement rural.

            Priée d’apporter un éclairage sur certains points non abordés lors de leurs interventions, Asha Brooks a dit qu’ils n’ont pas encore conçu un programme formel  pour le suivi des boursiers au terme de leurs études en Grande-Bretagne. Ils sont disposés à apporter leur appui aux étudiants qui rentrent dans leurs pays, et comptent mettre en place des mécanismes permettant des échanges d’expériences.

                                            Jean-Pierre Nkutu

LEAVE A REPLY

*