Détenu politique très malade : Gecoco Mulumba bloqué à Ngaliema par les « services »

0
306

Malgré la réquisition du Parquet général de Kinshasa lui accordant la liberté provisoire pour raison de santé pour lui permettre d’aller suivre des soins appropriés, Gérard Mulumba alias « Gecoco » s’est vu refuser l’accès de la porte de sortie de la clinique Ngaliema où il
est interné depuis quelque temps, par les « services ».

Cette situation a été stigmatisée par l’Association congolaise pour
l’accès à la justice (ACAJ) au cours du point de presse que son
président, Me Georges Kapiamba, a animé hier lundi 5 février au siège
de son association.
Le conférencier a pointé un doigt accusateur en direction des
«sources» pour son opposition farouche à la libération provisoire de
Gecoco Mulumba, pourtant autorisée par l’organe de la loi. «
L’Association congolaise pour l’accès à la justice (ACAJ) condamne la
séquestration de l’opposant Gecoco Mulumba à la clinique Ngaliema de
Kinshasa depuis le samedi 3 février 2018 alors que le Parquet Général
de Kinshasa/Gombe a ordonné sa liberté provisoire ».
L’ACAJ rappelle que Gecoco Mulumba a été arrêté le 10 novembre 2017
par des militaires du camp CETA. Malade, il est interné à la clinique
Ngaliema depuis le 19 janvier 2018 en vue sa prise en charge médicale
pour blocage des reins. Et le 25 janvier, trois médecins de Ngaliema
ont établi un constat selon lequel il y a nécessité que le patient
soit évacué à l’étranger pour suivre des soins appropriés, par manque
de plateau technique approprié au pays pour son cas.
Face à cette situation de blocage, l’ACAJ se retourne vers le
Procureur Général de la République à qui l’association demande de tout
faire en vue de garantir l’observance de la décision judiciaire.
La même recommandation est également adressée au chef de l’Etat et au
ministre de la Justice pour que les entraves à l’exécution de la
réquisition du procureur du parquet général de Kinshasa/Gombe de mise
en liberté provisoire en faveur de Gecoco Mulumba soient
définitivement levées.
Pour confirmation de l’information fournie à la presse, l’ACAJ a
remis aux journalistes la copie de l’attestation médicale des trois
médecins signée en date du 25 janvier 2018. Idem pour l’ordonnance de
mise en liberté provisoire du Parquet général près la Cour d’Appel de
Kinshasa/Gombe.    Dom