Désordre organisé dans le secteur de la promotion des investissements

0
68

Les investisseurs qui choisissent de venir dans notre pays, pour participer à son développement, sont harcelés depuis quelques temps par des particuliers et des Ong non outillés et non habilités. Cela fait désordre, comme on peut s’en rendre compte. Car, les uns et les autres évitent de les orienter vers l’Anapi, cherchant à tout prix à leur arracher quelques primes après services rendus. Si l’on ne veut pas voir ces investisseurs orienter leurs projets vers d’autres destinations, l’heure a plus que jamais sonné pour remettre de l’ordre dans le secteur. Car, a fait remarquer un économiste, l’investisseur est comme un oiseau qui n’aime pas le bruit, ni les tracasseries, sinon il s’envole ailleurs. C’est cette sagesse qui a certainement guidé le DG de l’Anapi en organisant vendredi 26 juillet 2013, un point de presse pour présenter son plan stratégique 2013 – 2017, à la lumière de principales réalisations de son entreprise. A la faveur des questions lui posées, il n’a pas manqué de fustiger l’intrusion dans le secteur des investissements, des personnes inexpertes pouvant désorienter les investisseurs et susceptibles de saper les efforts déjà accomplis.

Entouré de ses plus proches collaborateurs et des cadres de direction de son agence, le professeur Matthias Buabua wa Kayembe a déploré le fait que certaines personnes non outillées et non habilitées par le gouvernement voudraient faire de quelques démarches au profit des investisseurs, un véritable business. Elles s’y prennent tellement mal qu’elles donnent une mauvaise image de notre pays, non seulement du désordre créé dans le domaine de la promotion des investisseurs, mais surtout de leur inexpérience.

            D’emblée, le professeur Buabua wa Kayembe a tenu à remercier le président de la république et le Premier ministre pour les efforts louables qu’ils ne cessent de déployer dans le cadre du climat des affaires et des investissements. Et surtout, pour faire de la RDC, un pays attractif et compétitif en matière d’investissements. A ce sujet, il a rappelé que la vision du chef de l’Etat est de faire de la RDC, un pays émergent à l’horizon 2030. Pour y parvenir, l’Anapi tient à jouer un rôle majeur en sa qualité de conseiller du gouvernement en matière d’investissements publics, privés et d’économie mixte, ainsi que de l’amélioration du climat des affaires et des investissements. Pour ce faire, le gouvernement devrait remettre de l’ordre dans ce secteur. Donnant l’historique de son agence, le professeur Matthias Buabua a rappelé que l’Anapi a été créée par ordonnance présidentielle comme la seule structure habilitée à organiser le secteur de la promotion des investissements. C’est ainsi qu’elle s’appuie sur le code des investissements pour rendre service aux investisseurs en leur fournissant toutes les informations nécessaires pouvant les orienter dans des provinces où leurs projets pourraient être plus porteurs, non seulement pour impacter sur le développement, mais aussi contribuer à la lutte contre la pauvreté des populations locales. A la faveur de l’application de ses stratégies promotionnelles et de marketing proactif, l’Anapi, a révélé le DG Buabua, nourrit l’ambition d’inonder le pays, de nombreux investisseurs productifs et créateurs d’emplois dans les secteurs-ciblés que sont l’agriculture et l’agro-industrie, les mines, les industries manufacturières, le bâtiment et l’habitat, l’énergie, la santé, l’éducation, les télécommunications et les Nouvelles technologies de l’information et de la communication, etc.

            Dévoilant quelques réalisations  de son agence, le professeur Buabua a rappelé sa contribution à l’amélioration du climat des affaires, avec les réunions de sensibilisation avec les services publics et privés impliqués dans ce domaine. Insistant sur la nécessité d’assainir le climat des affaires dans notre pays, le DG de l’Anapi a fait voir les conséquences des tracasseries administratives et policières. Son entreprise a organisé dans ce cadre, plusieurs séminaires qui ont aidé à éradiquer les antivaleurs de l’époque.

            Sur le plan du développement, l’Anapi a fait des propositions pour l’élaboration de la loi agricole, l’amélioration du transport en commun dans la ville de Kinshasa, notamment par l’exonération de l’importation des tracteurs et autres matériels agricoles, ainsi que ceux des véhicules à affecter à ce type de transport.

            Des éléments statistiques des actions réalisées ont démontré qu’un grand travail a été accompli entre 2008 et 2012. Pour terminer, le DG Buabua a plaidé pour que notre pays puisse se retrouver dans le top 10 des pays considérés comme les meilleures destinations pour les investissements directs étrangers. Il a promis d’outiller ses services pour accroître les activités et renforcer son dispositif promotionnel tant à Kinshasa que dans les grandes villes de la république.

            Avec plus de 112 projets agréés de 2008 à 2012 pour plus de 2.047.637.189 dollars, l’Anapi espère voir ce chiffre connaître une croissance rapide qui explique un certain engouement des investisseurs pour notre pays, à la suite des actions de marketing menées et à poursuivre tant à l’intérieur qu’à l’extérieur ayant permis une meilleure connaissance des réalités économiques de la RDC. Il reste toutefois déterminé à travailler en partenariat avec le service de facilitation de Guichet unique de création d’entreprises et le Comité de pilotage pour le climat des affaires. Ce sont des services publics complémentaires appelés à œuvrer en synergie pour le développement de notre pays.

                                 J.R.T.        

LEAVE A REPLY

*