Des voleurs des coffres-forts dans des entreprises mis hors d’état de nuire

0
40

téléchargement (1)Les voleurs de coffres-forts, ces redoutables malfaiteurs, qui ont frappé dans plusieurs entreprises de la place, délestant ces unités de production de leurs fonds, asséchant ainsi leur trésorerie, et qui se sont toujours volatilisés dans la nature après de nombreux coups, ont enfin des visages. Même les jeunes demoiselles chargées d’administrer aux sentinelles, ce que ces malfaiteurs appellent de « premiers soins » qui consistent en réalité, à des repas assaisonnés de somnifères, sont finalement identifiées. Et c’est ici le lieu de féliciter la technicité des éléments du Bataillon de la police d’investigations criminelles pour avoir réussi cet exploit jadis irréalisable. Les limiers de cette unité sont en effet, parvenus, à la lumière de plusieurs cambriolages, comme il faudrait le souligner, à retrouver les traces de vrais auteurs et à dévoiler leur modus operandi.

Lors des investigations, un certain Nsakala Lutete alias Koffi, habitant sur avenue Losenge n° 2, quartier Funa, commune de Limete, est appréhendé. Il s’ensuivra au cours de la même semaine, l’arrestation de son comparse Serge Ndangani Diantela. Avec ces deux pièces-maîtresses de la pègre, leurs aveux servent des matériaux précieux pour la reconstitution de leur mode opératoire. L’on sait que leur bande est composée d’un chef, Musafiri Yuma, domicilié sur avenue Boboto à Limete, d’un religieux en la personne de l’apôtre Sawa Seke Dikens, résidant au quartier Anunga, commune de Matete et du policier Baketi Niango alias Alpha, demeurant sur avenue Mayuma Kala n° 19, quartier 1, commune de Masina. On croyait que c’était tout. Mais voilà que trois membres de ce groupe des malfaiteurs ont été désignés par leurs pairs pour faire complet. Ils ont cité Bokemu Bukali Olivier, et les deux belles jeunes filles, les spécialistes de premiers soins, par qui passent la réussite des cambriolages.
Les faits tels que reconstitués aujourd’hui, nous ramènent sur 1 ère rue Limete. Les sentinelles d’une entreprise assises devant les portes de leur société, débattent sur les dernières nouvelles de matches de football. Vers 22 heures, deux jeunes filles font leur apparition. L’une d’elles a rendez-vous avec un veilleur de nuit présent sur le lieu, qui s’impatientait depuis des heures. Et pour passer une belle soirée, Mlle Donnelle Ngomba Mukebay a apporté à manger. Des plats richement assaisonnés qui vont régaler les autres sentinelles autour d’un verre de bière. Après le repas, les consommateurs les yeux lourds de sommeil, vont tomber l’un après l’autre. Et puis plus rien. Le champ est libre. Un coup de fil, les autres membres de la bande postés au centre commercial, débarquent. Sous la conduite d’un guide, ils vont casser les portes d’entrée de la direction financière. Dans la caisse, les coffres-forts sont déverrouillés par des spécialistes. Une importante somme d’argent est emportée.
Le matin, c’est une surprise désagréable qui accueille les travailleurs. Le comptable est inconsolable. Des inconnus avaient emporté tous les fonds gardés dans les coffres-forts. Les sentinelles sensées donner la moindre information, sont plongées dans l’inconscience. Il faut une cure de désintoxication et quelques jours d’hospitalisation pour s’attendre à quelques premières vérités.
Mais pour les membres de la bande des voleurs, la fête va commencer avec le partage du butin dans la parcelle familiale du chef de bande, sur avenue Bobozo, commune de Limete. Musafiri Yuma ne va déballer que le montant de 2.500.000 Francs congolais sur le butin. Et chacun a eu un paquet, pendant qu’il gardait lui-même le reste, parce que n’ayant pas de compte à rendre à ses acolytes.
L’apôtre Sawa Seke, l’encadreur spirituel du groupe, qui a prié pour assurer le succès de l’opération, a réclamé la dîme aux membres de la bande. On ne lui versera que la somme de 170.000 Francs congolais, en plus de sa part du butin.
Un policier Baketi Niango alias Alpha est parmi ceux qui ont bénéficié la part du lion dans ce partage, étant donné qu’il avait utilisé son revolver GP de calibre 9 millimètres pour couvrir la bande durant le cambriolage.
On a appris que Mlle Nitu Eluna alias Amazone et Nsakala Lutete Koffi, viennent de leur zone opérationnelle comprenant la ville de Matadi et celle de Boma. C’est dans ces deux villes qu’ils droguaient au somnifère les chauffeurs et les motocyclistes, avant d’emporter leurs engins qu’ils venaient revendre à Kinshasa. Comme pièces à conviction, les limiers ont saisi sur eux non seulement une voiture Mitsubishi Lancer immatriculée 9843 AC/10 et une boîte de comprimés de somnifères.
Deux victimes de la bande ayant suivi des images de ces malfaiteurs à la télévision, et venues du Bas-Congo, se sont plaintes contre Nsakala Lutete, Serge Ndangani Diantela et Mlle Nitu, pour avoir été escroquées de la somme de 930 dollars.
Signalons que les investigations continuent pour reconstituer le palmarès de cette bande des malfaiteurs qui n’en est pas à ses premiers forfaits du genre.
J.R.T.

LEAVE A REPLY

*