Des voleurs de motos neutralisés par le GRI

0
49

wewaPrisées pour leur très bonne tenue de route, aussi bien dans les embouteillages, dans les parkings exigus, que sur les routes accidentées, boueuses ou sablonneuses, ainsi que leur faible consommation en carburant, un faible coût d’entretien et surtout leur rentabilité, les motocyclettes  sont très recherchées sur le marché. Actuellement, c’est la cible privilégiée des bandes des malfaiteurs. En effet, des braqueurs déguisés en clients, entraînent les conducteurs tard la nuit, dans des coins où ils sont victimes d’agressions. De nombreuses « deux roues » ont été arrachées à leurs propriétaires dans des circonstances similaires. Certains bandits, ont laissé entendre des enquêteurs de la police criminelle, n’hésitent pas à menacer leurs victimes avec des armes de guerre. Pour échapper au courroux de ces  voleurs et sauver leurs vies, les motocyclistes cèdent alors leurs engins et toutes les recettes de la journée.

Sur base de multiples plaintes déposées auprès des services du Groupement de recherche et intervention, une équipe de limiers a été déployée sur le terrain. Pendant deux semaines, les policiers recherchaient à la fois les motos volées et les malfaiteurs.

Dame chance leur a finalement souri. Car, sur indication d’un informateur occasionnel, quelques pistes ont été enregistrées. Et l’une d’elles menait vers une bande des malfaiteurs réputée voleurs de motos dont le chef du groupe était domicilié dans la commune de Bandalungwa.

Premier coup de filet, Alain Amisi Bahati, demeurant sur avenue Batetela à Bandalungwa, est appréhendé.  La machine répressive de GRI va alors tourner plein régime. Après Amisi, ce sera le tour de Dédé Luwowo Kandani, domicilié sur 12 ème rue à Mont Ngafula. Suivi de Claude Nawej Wussa qui se logeait au quartier Kauka, sur avenue Frontière.

Au cours de cette opération de traque des voleurs de motos, une information est tombée entre les mains des policiers. A l’en croire, deux jeunes femmes faisaient partie de cette bande. La chasse à l’homme lancée, ces deux membres de la bande à Amisi ont été retrouvés dans la partie Est de Kinshasa.

Véronique Manionga a été arrêtée à Masina, tandis que Mlle Tatiana Mutombo a été neutralisée dans la commune de Lemba.

Les limiers fouillant et fouinant dans les interrogatoires des malfaiteurs et dans leurs confrontations, ont fini par saisir une première pièce à conviction, en attendant de chercher d’autres qui constituent le paquet de butins réalisés par ces bandits.

            Il s’agit d’une moto de marque Boxer de couleur noire, portant le n° châssis MD 2 A 18 A 29 EWD 21 176.

Extorsions par des voleurs sur des motos à Bandalungwa

            Dans la foulée des plaintes enregistrées ces temps derniers par la police, on signale des cas d’extorsions des bijoux, des sacs ou des téléphones par des voleurs sur des motos.

            Sur avenue Inga, quartier Lumumba, un jeune homme en conversation avec son ami, attendaient ensemble un taxi, le lundi 11 mai 2015, au coin de l’avenue Dekani. Une moto avec deux gaillards roulant à faible allure est passée par là. Et parvenu à la hauteur de deux amis, un passager est descendu pendant  que la moto est allée s’arrêter quelques mètres plus loin. Dans un moment de distraction, le voleur s’est approché de leurs victimes. Et hop ! Il a accroché la chaînette en or qui pendait au cou. D’un mouvement brusque, le bijou entre ses doigts, le bandit sautait sur la moto qui a filé à toute vitesse.

Auparavant, deux autres voleurs à moto ont frappé un coup similaire, un dimanche dans l’après-midi. C’était à la sortie du culte dominical. Il était 14 heures. Les fidèles en masse avec des dames et des jeunes filles en surnombre longeaient l’avenue Mungu-Mungu pour bifurquer sur avenue Inga.

A l’intersection de ces deux avenues, une moto a débarqué son passager, un jeune homme vêtu d’un T-shirt et d’un jeans suivait une dame solitaire trimballant un joli sac à main. Soudain, c’étaient les cris de : «  O voleur ! O voleur ! »

            Les nombreux piétons ont eu juste le temps de regarder la dame s’effondrer en pleurs, alors qu’un voleur remontait sur sa moto qui a disparu dans les ruelles de ce quartier de Bandalungwa.

            Signalons que les policiers ont été instruits lors de la précédente parade présidée par le commissaire provincial de la police, pour traquer les malfaiteurs, afin d’éradiquer cette forme de criminalité qui a fait tant de victimes.

J.R.T.