Des trophées de mérite aux artistes Wallonie-Bruxelles du cinquantenaire

0
62

Ils sont nombreux à avoir fréquenté le Centre Wallonie-Bruxelles en ses 25 ans d’existence. Cependant, quelques uns seulement seront honorés pour avoir promu les valeurs culturelles dans le cadre du Cinquantenaire de la RD Congo. Un trophée de mérite « le Tsimba », du nom de son créateur, le sculpteur Freddy Tsimba, leur sera décerné par la Délégation Wallonie-Bruxelles de Kinshasa. Cette immortalisation de Tsimba apparaît comme un acte de reconnaissance envers un artiste de son vivant. C’est déjà très significatif pour le monde de culture congolais et africain. Car, les éloges viennent souvent après le décès. La remise des trophées se fera au cours des activités du programme mensuel du CWB. Voici le programme annoncé ce 01 juin par Mme Kathryn Brahy, la Déléguée Wallonie-Bruxelles.

Pour le mois de juin 2010, le Staff Benda Bilili qui revient du Festival de Cannes, en France, est en concert ce jeudi 03 à 19h00’ au CWB. Fort de son aura internationale, Staff Benda Bilili a, à travers son chef, Ricky Léon Likasu, promis de restituer l’ambiance de Cannes. « Nous avons marché sur le tapis rouge. Nous sommes attendus après le 9 juin pour 51 concerts à travers l’Europe, le Canada et le Japon. »

La grande ambiance se poursuit les 4 et 5 juin à 19h00’ avec le très poétique Jean Goubald. Il a, du reste, donné le ton par un extrait très pimenté au point de presse. L’enfant de Kilimandjaro, Bafa Mastaki, le talonne, toujours au CWB, du 8 au 9 juin à 19h00’.  Il représente à lui seul la culture de l’Est de la RD Congo.

 Le groupe Okwess de l’Artiste Jupiter Bokondji intervient, quant à lui, du 11 au 12 juin à 17h00’. Avec lui, c’est un voyage chez le peuple mongo à travers les chants et danses initiatiques. C’est un artiste radieux et capable de rayonner tant dans les sons de la Soul music au funk en passant par le reggae et autres. Du 15 au 16 juin à 17h00’ au CWB, c’est le retour aux sources de jazz avec le groupe Nsumuenu dans « Mutuashi Jazz ». L’artiste à la flûte, Tshamala nous promet une ballade dans les deux Kasaï. Il est invité au Festival de Limoges, en France, en septembre prochain. Après lui, l’espace est accordé aux jeunes talents du Groupe Waassa dirigé par Rigobert Mbila. A l’instar de MJ 30 et Cindy le Cœur, le Waassa met en valeur un duo de jeunes artistes plein de talents, constitué de Shimène et Ghyslain. Gare aux émotions du 18 au 19 juin à 17h00’. De même, pour le Groupe La Sanza du Chorégraphe Eddy Mboyo qui nous joue, avec les instruments de récupération, une musique fine et très agréable. Ils utilisent la sanza et le likembe, le tam-tam et les xylophones. Beaucoup de jeunes talents y sont formés. Ils sont proclamés du 25 au 26 juin à 17h00’ au CWB. Ils sont également attendus dans un projet qui agrémente les cités populaires au cours de la coupe du monde en Afrique du Sud.  Une coupe du monde dont la plupart de matches seront projetés sur grand écran du Centre Wallonie-Bruxelles du 11 juin au 11 juillet prochain.

L’Unesco en relais culturel

Dans sa vision d’appui à la mobilité artistique et culturelle, l’Unesco a organisé un concours ouvert aux jeunes talents des écoles et Académies des Beaux-arts de l’Afrique Centrale (Gabon, Congo, RD Congo, Guinée Equatoriale et Sao Tomé et Principe). La thématique était relative au cinquantenaire des indépendances en Afrique : « Les indépendances et Culture de la Paix ». Trois matières étaient prises en compte : la peinture, la sculpture et le design. L’objectif étant, a souligné Prof Yoka Lye Mudaba, représentant de l’Unesco à la manifestation, de promouvoir la créativité de jeunes artistes prometteurs des 5 pays et de relancer une industrie culturelle créative et génératrice de revenus. Les lauréats de ce concours en partenariat avec les Académies de Beaux-arts ont été primés à Libreville, au Gabon. Parmi eux, l’artiste congolais, Rama du 3ème graduat qui obtenu le Prix Unesco d’Afrique centrale. Les œuvres des 5 lauréats vont faire l’objet d’une exposition itinérante à travers les pays concernés. La RD Congo accueille l’exposition du 14 au 17 juin 2010 ; de 10h00’ à 16h00’ au CWB.

Dans le cadre des activités du commissariat général du Cinquantenaire, il est prévu quelques grands moments de conférences autour du thème : « Le Congo indépendant : cinquante ans de gouvernance et après ? ». Le 1er juin au Grand Hôtel de Kinshasa, c’est « Le Congo du Cinquantenaire : de la décolonisation à l’invention d’un avenir. Regards des premiers membres du gouvernement du Congo indépendant. » Comme intervenants, Justin Marie Bomboko, Marcel Bisukiri, Christophe Gbenye et Antoine Gizenga. Le 7 juin à 15h00 au CWB, c’est « L’histoire de l’hymne national » avec les profs. Isidore Ndaywel è Nzem, Joseph Ndundu et les premiers chanteurs de cet hymne national. L’orchestre de l’Ina va interpréter l’hymne original le « Débout Congolais » tel que conçu par Père Boka. Samedi 12 juin à 10h00 au Palais du Peuple, interviendra une série de conférences. A savoir : « La Gouvernance de l’Etat congolais : état des lieux et perspectives » par le Premier Ministre Adolphe Muzito. « De la Chambre des représentants à l’Assemblée nationale : quelles perspectives ? » par le Président de l’Assemblée nationale, Evariste Boshab. Enfin, « Le Sénat dans l’évolution et le devenir du Congo indépendant » par Léon Kengo.

Plaisir d’écrire

Le livre est au centre des événements du cinquantenaire à la Bibliothèque de la Wallonie-Bruxelles. Jeudi 10 juin à 10h00’, c’est la présentation du livre de Charles Kabuya, intitulé : « Congo, Terre d’enjeux. De la conquête coloniale à la quête d’un destin ». Et, samedi 26 juin : « Droit humanitaire international » de Bula Bula.

Eddy Kabeya 

LEAVE A REPLY

*