Des trafiquants de diamant s’affrontent en justice

0
547

diamantsMbala Dibaya et son frère aîné, Lukadi Ngalamulume, ont saisi le tribunal de grande instance de Matete pour dénoncer l’extorsion d’un diamant d’environ 500 carats par Luendu Sacor et son fils Olivier Luendu. Accusation rejetée par le père et fils Luendu. Ils ont soutenu qu’ils ont reçu plutôt un diamant de 5 carats qui était acheté régulièrement. C’est ce qui ressort de l’audience publique de l’affaire, enrôlée sous le RP 6287, qui s’est tenue hier lundi 28 mars 2016.

Assistés de leurs conseils dans la présente cause, Mbala Dibaya et son frère aîné Lukadi Ngalamulume ont soutenu que les faits remontent au 7 janvier 2016. Alors qu’il se trouvait à Kinshasa, Mbala Dibaya a affirmé avoir reçu un appel de son frère Lukadi à partir de Tshikapa. Ce dernier lui avait demandé de venir à Tshikapa pour procéder à la vente d’un diamant trouvé dans une carrière située dans leur concession.

Une fois dans leur village, son frère Lukadi lui avait dit que le diamant était ravi par Luendo Sacor. Seule une commission de 600 dollars lui était remise. Parti pour récupérer le diamant, il avait en premier lieu rencontré de la résistance dans le chef de Luendo Sacor. A la suite de son refus de quitter le lieu, il avait reçu une somme de
4000 dollars. C’est cette somme qu’il a utilisée comme preuve pour déclencher son action judiciaire contre Luendo Sacor ainsi que son fils Luendo Olivier.

Arguments rejetés par Luendo Sacor et son fils Olivier. Selon Sacor, il n’y pas eu extorsion. Le diamant leur était remis par Lukadi puis évalué. Ce qui avait conduit à son achat à 5000 dollars américains, étant donné que sa valeur était de 5 carats et non 500 carats. Cette somme était repartie entre toutes les parties conformément aux
dispositions retenues. Quant à Lukadi, il avait reçu 2500 dollars et non 600 comme il l’a prétendu. Si lors du partage avec sa bande de courtiers il n’avait reçu 600 dollars, cela n’engage que lui. Car, dans le monde des affaires, l’on ne peut pas extorquer un partenaire.

Pour ce qui est de la présence de Mbala Dibaya, il est sans qualité. Il est vrai que sa famille est propriétaire de la brousse où est implanté la carrière minière. Pour procéder à l’exploitation du site, Lukadi Ngalamulume avait fait recours à Olivier Luendo pour obtenir les documents devant permettre l’exploitation du site. Ce qui avait conduit à la mise sur pied des principes en termes de pourcentage pour toute pierre précieuse qui sortira de la carrière.

Et, même si la forêt exploitée est une propriété familiale, nulle part dans le contrat d’exploitation l’on retrouve le nom de Mbala. Les 4000 dollars américains qu’il évoque étaient remis entre les mains de Lukadi Ngalamulume comme emprunt. C’est lui qui les avait ensuite remis à son frère Mbala Dibaya afin d’éviter son mécontentement.
Soutenir que ce diamant était de 500 carats est une contre-vérité.

Dans chaque comptoir, il y a des services de l’Etat qui perçoivent des taxes. Et, l’Etat congolais ne peut se laisser rouler face à un diamant d’une telle dimension .

Yves Kadima