Des reines de beauté en guerre contre la malaria

0
91
Sur invitation de Ketsia Baraka, miss héritage RDC, quelques reines de beauté du monde ont défilé à Kinshasa, le 8 novembre 2015 à Roméo Golf, afin de sensibiliser l’opinion nationale et internationale sur les dégâts causés par le paludisme. Terrible maladie infectieuse due à un parasite du genre Plasmodium, propagée par la piqûre de certaines espèces de moustiques anophèles, le paludisme ou malaria demeure la parasitose la plus importante en RD Congo, décimant majoritairement les enfants de moins de cinq ans et des femmes enceintes. « Cette soirée haute en couleur restera gravée dans la mémoire de tout un chacun, car elle marque le début d’un long exercice de convivialité entre les différents peuples et le métissage de nos différentes cultures et aussi l’engagement des filles de différents pays invités dans la lutte contre la malaria… » a fait noter Ketsia Baraka, en prélude au défilé.
Dans le lot des pays représentés, il y avait  la Russie, l’Italie, l’Estonie, l’Inde, l’Afrique du Sud, le Cameroun, la Zambie, la Tanzanie, la Namibie, le Zimbabwe et la RDC.
Présent dans la salle, le ministre de la Santé, Kabange Numbi, a indiqué que cette activité soutient le programme « tourisme médical » développé RDC. Appelé aussi « tourisme de santé », il a pour but, selon lui, de quitter chez soi, d’aller ailleurs afin de régénérer le corps, l’être grâce à un nouvel air. « La RDC est une destination saine, bio, non polluée ; d’où notre invitation à tous de la découvrir… » a-t-il conclu.
            Pour sa part, Nestor Ankiba, le directeur exécutif de l’Association Santé Familiale (ASF/PSI), Ong de santé publique, un des partenaires de cet événement, a justifié le choix d’intervenir dans un défilé des miss parce que « c’est important de saisir toute occasion de communiquer sur cette maladie qui endeuille et qui appauvrit ». Content de voir que le gouvernement a inscrit la lutte contre le paludisme parmi ses priorités, ASF/PSI a confirmé qu’elle va s’impliquer pour soutenir ce combat grâce aux contributions de différents bailleurs de fonds, notamment le Fonds Mondial, l’USAID, les Coopérations britannique et canadienne, etc.
            D’ores et déjà, il a rappelé que sa structure a distribué depuis 2009, 30 millions de moustiquaires imprégnées sur l’ensemble du pays et surtout gratuitement. « Ce programme va continuer en 2015 où nous comptons distribuer 12 millions de moustiquaires supplémentaires, et en 2016, 14 millions autres… » a-t-il martelé.
            Créée en 1987, ASF travaille en partenariat avec les secteurs publics et privés, et distribue des produits permettant de sauver des vies, fournit des services cliniques et met en œuvre des projets de communication pour le changement de comportement qui donnent aux populations vulnérables le pouvoir d’améliorer leur santé.
Tshieke Bukasa