Des rebelles recherchés à Kinshasa

0
31

 La guerre de l’Est est en train de faire des victimes, innocentes, à Kinshasa. Pour des raisons obscures, des compatriotes mal intentionnés, zélés et à la recherche du gain facile, semblent avoir résolu de régler des comptes à leurs semblables. Pendant que le dossier politico-judiciaire du Bâtonnier national Mbuy Mbiye fait du sur place, à cause de l’absence des preuves formelles de sa collusion avec la rébellion du M23 et du flou entretenu autour de l’auteur de la lettre l’accusant par voie d’Internet, la famille Elonga, dans la commune de Bandalungwa, se trouve dans la tourmente. A la suite de la présumée appartenance d’un de ses membres au même mouvement rebelle, elle a connu une nuit agitée vendredi dernier.

 Il est vrai qu’en ce moment où le pays est victime d’une agression rwandaise assise sur des complicités internes et externes, c’est impérieux de débusquer les faux frères et sœurs qui vendent la mèche à la partie ennemie, à partir de Kinshasa ou d’une autre province de la République. L’impression du moment est que de petits malins prennent prétexte du mot d’ordre de vigilance et de mobilisation générale lancé par le gouvernement pour causer du tort aux tiers.
 Si l’on y prend garde, des bandes de criminels, des éléments incontrôlés de l’armée et de la police nationale, des agents de sécurité non couverts par des documents officiels pourraient profiter de ces circonstances spéciales pour attenter à la vie des innocents ou les délester de leurs biens dans leurs résidences. Des assassinats et des vols organisés risquent de se multiplier à Kinshasa si de paisibles et innocents citoyens se trouvent à la merci de personnes sans foi ni loi opérant sous le prétexte de la recherche des traîtres à la patrie.


 Ce qu’il faut craindre est que forts de l’impunité qui entoure leurs actions dans les domiciles et les lieux de travail des gens, des opportunistes de toutes les espèces transforment la guerre de l’Est en fond de commerce ou, pire, en industrie du crime à Kinshasa. Si l’on se met à faire la chasse aux sorcières dans le désordre le plus total, il serait difficile de faire la différence entre ceux qui appartiennent effectivement à la « cinquième colonne » et ceux qui n’ont rien à avoir à cette dernière. Il est à souhaiter que les différentes structures chargées de collecter et analyser les informations sur les ennemis de la patrie fassent correctement leur travail et ne se trompent pas de cibles. Car, au lieu d’éloigner la menace d’infiltration de la capitale, elles pourraient l’accélérer en créant des frustrations chez des millions de patriotes prêts à mourir pour le Congo.

    Kimp

LEAVE A REPLY

*