Des orphelines à l’école du conte

0
39

Dix jeunes filles orphelines, pensionnaires de la maison Mazarelo, au quartier Sanga Mamba, dans la commune de Ngaliema, suivent depuis le jeudi 25 février 2010 un atelier sur le conte. C’est dans le cadre de son cours de pratique professionnelle qu’une étudiante finaliste du premier cycle de l’Institut  National des Arts « Ina », du nom de Nyota Luamba,  a initié cet atelier.

L’orphelinat de Sanga Mamba est tenu par les sœurs Salésiennes de Don Bosco. Parrainé par la Fondation Danilla, une asbl en charge de la scolarisation des enfants en situation difficile, et animé par le conteur Stephy Richard Mapan, cet atelier prendra fin à la mi-mars. Ce conteur est ravi de l’initiative de l’étudiante en animation culturelle, Nyota Luamba.

De passage au Phare, le conteur Mapan a dit être animé de l’idée de susciter le goût de belles lettres auprès des jeunes, plus particulièrement les jeunes filles. En leur faisant découvrir l’intérêt du conte, il leur apprend par la même occasion les techniques d’éloquence.

Une fois l’abc du conte maîtrisé, ses « élèves » peuvent faire carrière comme conteuse professionnelle ou animatrice de télé.

Au moment où de nombreux jeunes-gens ne rêvent que de la musique et de la danse, ne peut-on pas dire que vous vous faites trop d’illusions ?

Répondant à la question, il a déclaré travailler dans la durée. D’autres ateliers sont au programme.  Bien que méconnu, le conte ne se limite pas au récit.  L’audition d’un conte est le moyen approprié pour amener les gens à observer les valeurs morales de la société. Alliant la théorie à la pratique, lui et ses apprenantes se sont convenus de l’organisation d’un spectacle en cette période du mois de la Francophonie, a-t-il indiqué.

                                           Jean- Pierre Nkutu

 

LEAVE A REPLY

*