Des milliards volés au Katanga

0
46

 FRANC-CONGOLAIS-RDC1  Après être entré en possession du rapport du Procureur Général de la République relatif à une mission d’enquête diligentée dans la province du Katanga par le ministère de la Justice  et Droits Humains, les  organisations de la société ont organisé une conférence de presse, le mardi 14 janvier au centre Carter afin de démontrer aux Congolais qu’il y a un problème à résoudre en urgence.

            Cette conférence était animée par Jean Claude Katende et Me Keba de l’ASADHO ainsi que Joseph Bobia du Réseau des Ressources Naturelles. Le directeur provincial de la Direction Générale des Douanes et Accises et le député national Emery Okundji étaient invités à ladite conférence.   

   L’objectif de cette rencontre avec la presse était de démontrer à quel point le pays perd beaucoup d’argent rien que par cette régie financière. Ce SOS lançait par ces organisations de la société civile à ce jour n’est qu’une interrogation pour ses membres. Rien que pour la DGDA au Katanga, on a fait état de 3 milliards de dollars volatilisés.

            Face à cette situation de coulage des recettes, les OSC ont décidé de rédiger un mémo, qu’ils vont devoir déposer dans les différentes institutions du pays. La mission devrait examiner 279 dossiers de contentieux de 127 entreprises œuvrant dans les divers secteurs économiques dans ladite province, notamment les entreprises minières, brassicoles, pétrolières, etc. Le mémorandum cite les entreprises telles que : Chemaf, Mutanda mining, TFM, Amicongo, Kat Tranding and Business, etc. Cependant, les orateurs ont souligné que 25 seulement ont été examinés. Car, la mission a été rappelée à Kinshasa. Outre cela, les opérateurs économiques membres de la Fédération des Entreprises du Congo (FEC/Katanga) s’étaient opposés à l’enquête en cours en usant du chantage et de la menace de la grève généralisée.

            Etant donné qu’il était présent, le directeur provincial de la DGDA a souligné que le coulage de recettes, est évident. Quant aux chiffres, il n’était pas d’accord. Car, il existe des solutions intermédiaires que le code douanier prévoit, telle que le payement des amendes.  Puisqu’il y a des cas où la marchandise a été dédouanée sans être payée.  Pour Emery Okundji, il faut stopper l’hémorragie. L’Etat a besoin des ressources pour résoudre bien de problèmes.

Recommandations

Au Gouvernement :

– laisser la commission d’enquête du PGR continuer ses investigations ;

– mettre tout en œuvre pour recouvrer toutes les sommes dégagées par le rapport d’enquête pour les dossiers examinés et ceux à examiner ;

–  faire sanctionner toutes les personnes et entreprises impliquées dans ces actes de corruption et de la fraude;

Au Parlement :

– ouvrir des enquêtes parlementaires dans les provinces pour toutes les régies financières ;

-interpeller les responsables des régies financières sur les faits de corruption et de fraude ;

Au Procureur Général de République :

– ouvrir des poursuites contre toutes les personnes reconnues auteurs des actes de corruption et de fraude douanière ;

– ordonner au Procureur général près de la Cour d’Appel de Lubumbashi, de poursuivre l’instruction des dossiers non encore instruits par la commission d’enquete ; etc.

A la FEC :

– inviter ses membres à respecter les engagements pris dans le cadre du pacte anti- corruption ;

– s’abstenir de tout acte d’obstruction à l’enquête visant les actes de corruption et de fraude fiscale.

            «Il est temps que les choses changent. Les organisations de la société civile ne s’attaquent à personne mais plutôt à cette évasion fiscale. Nous n’accepterons pas que l’argent du pays puisse être profitable à une portion de la population alors que le pays en a besoin….», a déclaré Jean-Claude Katende, président de l’Asadho.

  Dorcas NSOMUE 

LEAVE A REPLY

*