Des membres des cabinets ministériels et des mandataires à l’école du Parlement

0
113

Palais du peuple, le parlement à Kinshasa, 2007.Le Ministère des Relations avec le Parlement, en collaboration avec le Programme des Nations Unies pour le Développement  (PNUD) organise, du 16 au 20 novembre 2015, deux ateliers dans le domaine de contrôle parlementaire, à savoir, le séminaire sur le renforcement des capacités des points focaux du gouvernement en matière de contrôle parlementaire et l’atelier de suivi de mise en œuvre des recommandations du parlement adressées au gouvernement.

En clair, a l’issue de l’atelier sur le contrôle parlementaire, les membres des cabinets ministériels, les dirigeants des entreprises et établissements publics devaient maîtriser davantage les différentes formes de contrôle parlementaire, à savoir, la rédaction et le contenu d’une interpellation, d’une motion de méfiance ou de censure, d’une question orale et écrite, etc. Les participants connaitront également des procédures liées à chaque action de contrôle et la manière de préparer le dossier d’un ministre ou d’un mandataire appelé à répondre devant le parlement.

Tandis que l’atelier de suivi de la mise en œuvre des recommandations du parlement adressées au gouvernement entend faire l’état des lieux pour savoir  jusqu’à quel point les recommandations émises par le parlement ont été exécutées par les ministères et entreprises publiques concernés pour les sessions de 2014 et les arriérés des sessions de 2012 et de 2013 en vue de présenter un, rapport complet à la représentation nationale.

Il convient de noter que les deux ateliers ont été ouverts, au nom du ministre, par le Vice-Premier et ministre des Postes, Télécommunications et Nouvelles Technologies de l’information et de la Communication, Thomas Luhaka.  Son objectif stratégique, selon le programme d’action du gouvernement 2012-2016 dans son premier pilier, est la promotion et la consolidation de la démocratie par la construction d’un partenariat interinstitutionnel solide entre l’Exécutif et le législatif.

A l’occasion de la cérémonie officielle d’ouverture de ces assises, Tryphon Kin-key Mulumba, ministre des Relations avec le Parlement a appelé les participants à beaucoup d’assiduité pour mieux approfondir la question afin que les recommandations faites au gouvernement par le parlement ne soient pas lettres mortes. Car, selon lui, son ministère a pour finalité d’asseoir la stabilité des institutions en assurant la cohésion entre l’Exécutif et le législatif au niveau national que provincial.

         Priya Gajraj, directeur pays du Pnud, a souhaité voir les membres des cabinets ministériels et les représentants des entreprises et services publics de l’Etat maitriser les procédures de contrôle parlementaire afin de mieux préparer les dossiers et les réponses favorisant la mise en œuvre des recommandations du parlement pour que la redevabilité  demeure le socle de l’émergence de la bonne gouvernance en République Démocratique du Congo. Elle a soutenu que le PNUD continuera à appuyer le ministère des Relations avec le Parlement qui est le facilitateur, la passerelle entre les pouvoirs exécutif et législatif pour des relations apaisées.

Murka