Des journalistes de Kinshasa au cœur des droits humains

0
72
Des dossards de presse distribués le 24/11/2011 au commissariat général de la PNC à Kinshasa par Journaliste en danger (JED). Radio Okapi/ Ph. John Bompengo
Des dossards de presse distribués le 24/11/2011 au commissariat général de la PNC à Kinshasa par  Journaliste en danger (JED). Radio Okapi/ Ph. John Bompengo
Des dossards de presse distribués le 24/11/2011 au commissariat général de la PNC à Kinshasa par Journaliste en danger (JED). Radio Okapi/ Ph. John Bompengo

L’Ong PASCO ( Parlons Sida aux communautaires) a pour des raisons indépendantes de sa volonté, célébré la journée mondiale sur le sida « JMS » au Centre Wallonie Bruxelles « CWB » hier mardi 15 décembre 2015. Des délégués de Cordaid ( Octave Muderwa), PNLS ( docteur Albertine Mbumba), CAP ( docteur Alex Kalume)…. ; principaux partenaires de l’ong précitée étaient présents au CWB hier.

Dans leurs mots de circonstance, ces invités ont loué le travail qu’abat PASCO en matière de sensibilisation sur le VIH Sida ; et insisté sur  la nécessité de se faire dépister et connaître son état sérologique.  Mbumba a affirmé que beaucoup des choses ont changé et que de nos jours, les sidéens ont la possibilité de vivre longtemps s’ils recourent  aux antirétroviraux.

Le numéro un de PASCO, Michel Lay a souligné que « Plus d’engagement et plus des ressources locales pour mettre fin à l’épidémie du SIDA » est le thème retenu cette année. Et la célébration de la JMS est le moment propice pour se livrer à une réflexion sur ce qui a été accompli  à l’échelle nationale et mondiale dans la lutte contre le sida et sur le chemin  qui reste à parcourir.

Et d’ajouter qu’il est temps de faire preuve de plus d’audace et prendre par la même occasion des mesures novatrices pour que l’humanité puisse mettre un terme à ce fléau d’ici 2030. Il  a fait savoir qu’en  septembre 2015, les décideurs politiques de nombreux pays se sont convenus des cibles intérimaires  à atteindre dans le souci d’éliminer au plus vite le sida.

Abordant le volet chiffres, cet activiste social a laissé entendre qu’en RDC la prévalence du sida  stagne à 1,2% et 1,6 % pour la ville de Kinshasa.  Le taux est élevé avec les professionnels du sexe (6,9%), les gays (17%).

Dans la foulée, il a invité les agents de santé à saisir les opportunités qui leur sont offertes pour bien conseiller ces populations clés et les encourager à se faire dépister.

Certaines nations à revenus faibles ou intermédiaires ont commencé déjà d’accélérer la riposte du sida, a fait remarquer le coordonnateur de PASCO. Il est préférable, a-t-il indiqué, que les pays mettent réellement la main à la poche et se basent sur des données fiables pour concevoir des programmes viables et simplifiés de prévention et de traitement du VIH sida.

C’est dans ce cadre, a-t-il affirmé, que lui et ses pairs de PASCO demandent au gouvernement congolais d’élargir rapidement l’accès aux antirétroviraux.

Cette formalité remplie, l’assistance s’est régalé du défilé de mode,  récitals des poèmes, saynètes et autres pièces de théâtre prévus par la coordination de PASCO. En somme, pour cette JMS, édition 2015, Lay et ses « ouailles » ont tenté  à travers le rire, de sensibiliser les gens à se faire dépister, à utiliser le préservati…

Répondant à certaines préoccupations des médias, Michel Lay a laissé entendre que PASCO a « concouru » avec plusieurs autres structures associatives en matière de lutte et  de prévention contre le sida pour recevoir des moyens conséquents auprès des bailleurs des fonds. PASCO est éligible à cet appui financier. C’est dans ce sens, a-t-il précisé, que les personnes qui accepteront d’être dépistées et reconnues comme séropositives vont être prises en charge par PASCO.

Jean- Pierre Nkutu