Des jeunes appelés à s’approprier le processus démocratique en RDC

0
85

Des centaines d’étudiants se sont retrouvés le mercredi 30 avril 2014 à la paroisse Notre Dame de Fatima pour prendre part à une conférence  organisée par le Collectif des Organisations des Jeunes Solidaires du Congo Kinshasa « COJESKI »- RDC et relative à  la participation de la jeunesse au processus démocratique dans notre pays.  L’analyste  politique  Biyoya, la questeur adjointe honoraire de la CENI, Elise Muhimizi et le membre de l’Assemblée Plénière  de la CENI en charge de la jeunesse, des handicapés, Jean- Baptiste Ndundu ont animé ces échanges.

L’exposé de Ndundu axé sur le rôle de la jeunesse pour le cycle électoral 2013-2016,  a  été  l’intervention phare de cette journée.

Quand  on parle d’échéance à moyen ou  long terme , il est judicieux d’impliquer les générations à venir dans la démarche pour le succès de cette entreprise. L’une des manières d’atteindre ces générations est de travailler avec la jeunesse, a dit d’emblée Ndundu.

Il  a affirmé  que chez nous, les élections tirent leurs fondements de la Constitution du 18 février 2006. L’accomplissement des tâches dévolues à la CENI  requiert  la collaboration d’autres parties prenantes.

Avec une population évaluée à 70 millions d’habitants, la RDC compte au moins 35 millions d’enfants  dont l’âge varie entre 0 et 18 ans et  20 millions d’électeurs âgés de 18 et 35 ans.  Si les jeunes congolais ne prennent pas  la mesure de l’importance et du sens des étapes du cycle électoral, ainsi que de la responsabilité qui y est attachée, la tâche de la CENI de renforcer la démocratie et faciliter la gouvernabilité du pays sera très difficile, a-t-il noté.

La CENI met aujourd’hui le cap sur la réforme du cadre juridique et va s’atteler ensuite à la planification électorale avec comme un des axes principaux , la publication du calendrier électoral. Interviendra plus tard  la formation et l’éducation électorale…..

L’engagement des jeunes peut constituer une force motrice pour la réussite des  réformes et  du succès  du processus démocratique. Les élections en RDC sont organisées dans un contexte social marqué par le chômage avec comme conséquence la manipulation des jeunes et les violences qu’ils exercent pendant le processus électoral.

Le cadre de concertation des jeunes devrait permettre à un grand nombre des jeunes d’améliorer  qualitativement leur participation à la réussite du processus électoral 2013-2016, a conclu Ndundu.

Muhimizi est revenue   sur les stéréotypes qui collent à la jeune fille et à la femme. Expliquant clairement que la femme est aujourd’hui présente au barreau, dans le journalisme, la médecine, le théâtre populaire, la danse… Elle a exhorté ses consoeurs à s’intéresser vraiment à la gestion de la res publica.

Philippe Biyoya à qui il a été demandé de dire clairement si la révision constitutionnelle est synonyme d’avancée  ou de recul du processus démocratique, s’est refusé de se prononcer sur ce point. Le problème de fond est celui de la stabilisation du cycle électoral, a-t-il indiqué. Il a appelé les jeunes à se forger une véritable identité et a cité l’exemple de l’ancien président de la Ligue des Jeunes de l’ANC  qui vient de créer son propre parti.

                                                                                                          Jean- Pierre Nkutu 

LEAVE A REPLY

*