Des experts en droits de l’homme en formation

0
31

Des participants venus de milieux ministériels se réunissent depuis hier mardi à Congo bâtiment, à Kintambo où ils sont en séminaire de formation aux notions fondamentales des droits de l’homme et aux techniques de rédaction des rapports initiaux et périodiques des droits de l’homme. 

            A l’initiative du bureau conjoint des droits de l’homme de l’Onu en collaboration avec le ministère de la Justice et droits humains, ce séminaire, aux yeux du ministre de la Justice, renforce le partenariat avec son ministère.

            Donnant le go à ces assises, le ministre Luzolo Bambi Lessa a souligné être conscient du retard pris par la RD Congo dans la soumission des rapports des droits de l’homme aux organes de surveillance des Conventions internationales. Il a, cependant, fait observer que le gouvernement de la République a, lors de la Conférence Nationale sur les Droits de l’Homme tenue en juin 2001, inscrit dans le Plan National de Promotion et de Protection des Droits de l’Homme la nécessité de la mise en place d’un Comité interministériel de rédaction de ces rapports.

            Il est d’avis que le séminaire qui s’étend sur trois journées donnera l’occasion aux nouveaux membres du Comité interministériel de renforcer leurs capacités en matière de rédaction sereine et rapide des rapports dus par la RD Congo aux organes de supervision des traités internationaux et régionaux en matière des droits de l’homme.

            Luzolo a ainsi invité les participants à plus d’assiduité et de rigueur pendant toute la formation afin que la « nation puisse effectivement bénéficier du travail qu’ils sont appelés à accomplir dans le cadre du Comité ».

            Au directeur du Bureau conjoint des Nations Unies aux Droits de l’Homme et à d’autres invités, l’orateur  a déclaré reconnaître que travail réalisé par les membres du Comité interministériel pendant près de dix ans mérite d’être encouragé.

            « Plusieurs rapports des droits de l’homme ont pu être non seulement transmis mais aussi défendus a un niveau régional et universel. Le cas du rapport initial et du rapport périodique sur la mise en œuvre de la Charte africaine des droits de l’homme et des peuples ; du rapport périodique sur la Convention relative aux droits de l’enfant ; du rapport initial sur la Convention contre la torture ; du rapport périodique sur la mise en œuvre du Pacte sur les droits économiques, sociaux et culturels », s’est réjoui le ministre. 

Quatre rapports à transmettre…

            Il a été donné d’apprendre que conformément aux engagements pris par la République Démocratique du Congo lors de l’Examen Périodique universel, Kinshasa transmettra quatre rapports des droits de l’homme, à savoir le 2è rapport périodique sur la mise en œuvre de la Convention contre la torture ;le 4è rapport périodique sur la mise en œuvre du Pacte international sur les droits civils et politiques ;le Document de base servant d’introduction générale aux différents rapports initiaux et périodiques des droits de l’homme à soumettre par la RD Congo; et enfin, le rapport initial sur la mise en œuvre du Protocole à la Convention sur les droits de l’enfant, relatif à l’interdiction de la vente d’enfants, de la traite des enfants et de la pornographie mettant en scène les enfants.

            « Si les deux premiers rapports ont déjà été préparés par le Comité interministériel et sont en cours de finalisation en vue de leur transmission, le dernier rapport le sera à très court terme. Quant au Document de base, il sera préparé  à l’occasion de la présente formation… », a assuré Luzolo qui a tenu à préciser que d’autres rapports seront également soumis par le gouvernement dans un bref délai. Ils seront transmis, notamment au niveau de la Commission Africaine des Droits de l’Homme et des Peuples.  Les 6è et 7è rapports périodiques additifs sur la mise en œuvre de la Convention sur l’élimination de toutes les formes de discrimination à l’égard de la femme, a-t-il poursuivi, devront aussi être finalisés rapidement en vue de leur transmission. 

La tâche est ardue mais…

            Le ministre a reconnu, en outre, que la tâche est donc ardue mais « le gouvernement reste déterminé à respecter ses engagements internationaux en soumettant  régulièrement les rapports dus aux organes de surveillance des traités ». Kinshasa compte beaucoup sur le dynamisme et l’efficacité des membres du Comité interministériel d’élaboration des rapports des droits de l’homme.                  

D-I.K

LEAVE A REPLY

*