Des doutes sur l’identité du Lt-Colonel Mayele

0
57

« L’identité de la personne présentée comme le lieutenant-colonel Mayele du groupe Maï Maï Cheka n’est pas encore certaine… ». Telle est la réserve exprimée hier mercredi 6 octobre 2010, par le porte-parole de la Monusco, Madnodje Mounoubai, à la préoccupation du Phare de connaître les circonstances exactes qui ont prévalu à l’arrestation de ce chef armé. 

            A cet effet, l’agent onusien a renvoyé les journalistes au dernier communiqué rendu public par son organisation à ce sujet. Il y est donc indiqué que dans le cadre d’une action conjointe menée par la Brigade du nord Kivu de la Monusco et le Gouvernement de la RDC, le « Lt-Col » Mayele appartenant au groupe Maï Maï Cheka a été appréhendé ce 05 octobre 2010 dans la région de Walikale.

            Le « Lt-Col » Mayele est suspecté d’être l’un des commanditaires des viols massifs et autres violations des droits de l’homme qui ont été commis, entre le 30 juillet et le 2 août 2010 dans le territoire de Walikale au Nord-Kivu. Ces actes, précise la Monusco, auraient été commis par une coalition d’environ 200 éléments de Maï Maï Cheka, des Forces démocratiques de libération du Rwanda (FDLR), ainsi que des éléments du Colonel Emmanuel Nsengiyumva, ancien FARDC et ex-CNDP sur au moins 303 civils, parmi lesquelles 235 femmes, 13 hommes, 52 filles et 3 garçons.

            Pendant ce temps, la Monusco révèle que l’action ayant conduit à l’arrestation du « Lt-Col » Mayele rentre dans le cadre de son mandat de soutien au Gouvernement de la RDC dans sa lutte contre l’impunité en général et pour que les auteurs de ces crimes soient traduits devant la justice. « L’action a été menée en collaboration étroite avec l’Auditorat Militaire à qui la MONUSCO a transféré le suspect et qui a ouvert une enquête judiciaire contre lui » lit-on dans la chute du communiqué.           

                Tshieke Bukasa

 

LEAVE A REPLY

*