Des confessions religieuses confient le sort de la RDC à Dieu

0
536

carte rdcOrthodoxes, Musulmans, Kimbanguistes, salutistes, Eglisew de Réveil, Eglises indépendantes, Eglise du Christ au Congo, représentés par leurs chefs spirituels, ont procédé, le samedi 20 février 2016, au lancement solennel de la cérémonie de dédicace de la République Démocratique du Congo au Dieu tout puissant. Le centre d’accueil Kimbanguiste, dans la commune de Kasa-Vubu, a servi de cadre à cette activité.

Mgr Pierre Marini Bodo, Président de l’Eglise du Christ au Congo (ECC) a, dans son allocution, fait savoir que plusieurs activités vont se dérouler dans les Eglises et mosquées de la République Démocratique du Congo durant toute la semaine et se solderont par un grand culte œcuménique qui se tiendra dans l’enceinte du stade des Martyrs de la Pentecôte.

Et, pour la réussite de cette démarche, le représentant légal des Eglises du Christ au Congo a invité toute la population congolaise à observer, à partir de ce lundi 21 février 2016, une attitude dédicace. Cette attitude doit être caractérisée par un moment de confession des péchés et de réconciliation avec ses semblables.  Et de préciser que ce message  est lancé non seulement aux croyants congolais mais aussi à toutes les personnes qui ont choisi la République Démocratique du Congo comme leur seconde patrie. Une manière de démontrer leur attachement et souci de voir les Congolais vivre dans une paix durable.

            En effet, nul n’est sans ignorer que selon la Constitution en vigueur en République Démocratique du Congo, c’est au cours de cette année que les Congolais sont tenus de procéder au renouvellement de la classe politique dirigeante. Cela étant, plusieurs voix s’élèvent non seulement pour soutenir la tenue des élections mais aussi pour que celles-ci se déroulent sans pour autant causer des frustrations au sein de la population et des cassures dans la communauté nationale comme cela était le cas lors des élections qui s’étaient tenues en 2006 et 2011. Raison pour laquelle, cette fois-ci, les hommes et femmes de Dieu, ont estimé que pour réussir, il est important de dédier l’avenir de la République Démocratique du Congo à Dieu afin que ce dernier intervienne et évite à la nation les tristes événements du passé. Débutée par une prière, cette cérémonie s’est clôturée par une autre faite par le Pasteur Albert Kankienza.

Yves Kadima