Des comptes pour les écoles de Kinshasa

0
47

 

            A la direction provinciale de l’Enseignement Primaire, Secondaire et Professionnelle Kin-Centre (EPSP/Kin-Centre) l’heure est à l’ouverture des comptes bancaires dans les écoles publiques. Cela conformément à la note circulaire adressée par le ministre de l’E.P.S.P, Maker Mwangu Famba, aux gouverneurs de la Ville de Kinshasa et de la Province du Katanga au mois de décembre 2011. Et la sensibilisation pour l’ouverture de ces comptes doit se faire pendant ce deuxième trimestre scolaire 2010-2011.  Selon les explications fournies par la directrice provinciale de l’Epsp/Kin-Centre, Mme Emérance  Rubuye N’Simire, les deux provinces ont été choisies par la hiérarchie pour l’expérimentation de cette initiative à cause du réseau très développé des banques dans leurs juridictions respectives. Chaque école peut se targuer d’avoir dans son périmètre, une voire deux succursales des banques. En outre, cette opération d’ouverture des comptes scolaires ne concerne que les écoles publiques ; les privées ayant cette obligation parmi les conditions d’agrément.

          La réunion que la directrice de l’Epsp/Kin-Centre a tenue avec les directeurs d’écoles publiques dans son bureau de travail vise à les sensibiliser sur le bien fondé de cette décision d’ouvrir les comptes pour les écoles publiques où les parents iront désormais verser tous les frais qu’ils doivent payer pour la scolarisation de leurs enfants. Les banques les plus concernées sont celles membres de l’Association congolaise des banques avec laquelle des contacts utiles ont été pris à cet effet pour faciliter aux écoles, ces opérations. Rappelant la note circulaire du ministre, Emérance Rubuye a noté qu’il est important, que les écoles se servent de leur arrêté portant création de l’Etablissement comme l’acte juridique à présenter lors de la demande d’ouverture de compte. Cette demande, selon E. Rubuye, devra être conjointement signée par le chef d’Etablissement, le représentant des enseignants et le représentant des parents d’élèves. Ces trois signatures, valables pour une année scolaire seulement, seront aussi requises pour débiter le compte.
          Résumant les avantages que procurent ces  comptes scolaires, E. Rubuye souligne la bonne gestion des frais scolaires dont on pourra désormais suivre la traçabilité au profit des enseignants ; la bancarisation de l’informel ; la réduction des tracasseries pour les parents ; la mise à l’écart de l’élève dans le payement des frais scolaires pour qu’il se consacre seulement à ses cours ; etc.
                                                                                                                                                                                                                                            SAKAZ
 

LEAVE A REPLY

*