Des combattants congolais élaborent un projet de loi

0
30

Après la vague de violences xénophobes en Afrique du sud, précisément dans la ville de Durban, frappant essentiellement des immigrés congolais, zimbabwéens, zambiens, nigériens, etc. qui ont rêvé d’un avenir meilleur au sein de cette communauté,  Rudy Mandio, l’un des cadres de la plate-forme « Tokowa po na Ekolo » et congolais résidant en Afrique du Sud, a annoncé que son mouvement a élaboré un projet de loi contre la Xénophobie. Celui-ci sera déposé à l’Assemblée nationale et au Sénat pour une réforme diplomatique entre Kinshasa et Pretoria. Il l’a fait savoir au cours d’un point de presse tenu le mercredi 13 mai 2015 au niveau du Rond Point des Huileries.

Selon Rudy Mandio, ce projet de loi est basé sur le respect mutuel entre les deux Etats, afin de mettre fin aux violences xénophobes au pays de Mandela. Car, a-t-il rappelé, il y a eu lynchage d’immigrés en particulier des Congolais, pillage de leurs magasins et aussi mort d’hommes.

Dans ce même ordre d’idées, il a déploré la xénophobie qui a été vécue l’année passée au Congo Brazzaville, au cours de la quelle plusieurs Congolais ont été sauvagement traités et refoulés de manière inhumaine. A ce sujet, il a précisé que ledit projet de loi devait contribuer également à pacifier les relations entre la RDC et les autres pays d’Afrique.

Concernant les élections qui pointent à l’horizon,  Rudy Mandio a soutenu l’initiative de Rex Kazadi, leader des combattants en France, qui réclame au nom de tous les Congolais vivant à l’étranger, 10% de sièges à l’Assemblée nationale et au Sénat, concernant les élections de 2016. Il a profité de cette occasion pour décrier le comportement de la chanteuse Tshiala Muana, qui aurait tenu des propos discourtois sur une chaîne de la place à l’endroit des combattants. « Personne ne peut mieux parler de la situation des Congolais vivant à l’étranger qu’eux-mêmes. Raison pour laquelle 10% des sièges doivent leur être réservés et qu’ils soient élus par la diaspora, là où ils se trouvent », a-t-il martelé.

Par ailleurs, Rudy Mandio a affirmé avoir organisé, ensemble avec sa plateforme, 42 marches pacifiques et 22 sit-in, pour réveiller la communauté internationale en vue de trouver la solution aux problèmes congolais.

Perside DIAWAKU