Des braqueurs d’agences de transfert des fonds aux arrêts

0
118

Six malfrats, braqueurs des agences de transfert de fonds à Kinshasa, pièces-maîtresses de la redoutable bande au capitaine Munga Mukendi Dany Albert alias Saddam, que la police recherchait activement de Matete à Mont Ngafula, depuis le mois de février 2015, viennent de tomber enfin dans les filets du Groupement de recherche et intervention, après une traque qui a pris plus de quatre mois.

Rondes dans les quartiers, fréquentations assidues des terrasses et autres débits de boissons, la traque a fini par payer. C’est le Groupement de recherche et intervention, unité d’élite du Commissariat provincial de la police ville de Kinshasa, qui est parvenu à localiser le domicile de six suspects désignés par des informateurs occasionnels. Si l’adjudant Kitambala Galo José, réputé déserteur des Fardc, a été appréhendé au quartier Tomba, dans la commune de Matete, son compère, le soldat Muyumba Mwaka Richard, mieux connu comme étant un démobilisé de 2002, a été retrouvé sur avenue Usine n° 25, son repaire, quartier Masanga Mbila, à Mont Ngafula.

            De fil en aiguille, d’autres bandits ont été retrouvés dans leurs différents repaires. Il s’agit de Yola Bola, mieux connu sous le sobriquet de Patcho, et de Dipova di Lusala. Deux dames qui apportaient un appui majeur à ces bandits, appréhendées par les éléments de la police, ont été présentées le mardi 9 juin 2015, en compagnie de leurs comparses, à l’opinion, au terrain de football du quartier Flamboyants. Il s’agit de Gladie Kabemba et Dipova Paola.

Avec ces six malfaiteurs, les limiers de GRI sont parvenus à reconstituer un échantillon assez représentatif de quelques braquages attribués à cette bande qui dévoilent son véritable gabarit criminel.

            En voici des points saillants. Ils permettent aux policiers, à en croire une source, de réaliser l’ampleur de la tâche de la traque qui les attend après la capture de ces brigands.

            Le  12 février 2015, vers 13 heures, à l’agence de Standard Bank, située dans l’enceinte de l’entrepôt de la société Midema à Kingabwa, commune de Limete, la bande au capitaine Munga venue une heure plus tôt attendait le moment venu pour frapper.

            Ils ont surgi et braqué les clients venus effectuer des versements à l’agence de Standard Bank, et même des agents de cette succursale. Selon des recoupements auxquels ont recouru les enquêteurs, les bandits avaient emporté comme butin, 17.000 dollars et 37.500.000 FC.

            Un jeune étudiant habitant le quartier, sorti du domicile familial en vue de s’enquérir de la fusillade.

            On ne saura pas qui faisaient partie de cette bande. Mais près d’un mois plus tard, cette bande des malfaiteurs s’est signalée au quartier Beau Vent, commune de Lingwala. Le 3 mars 2015, il était 7 H 10’, quand Katembwe Kalala Jean-Pierre  se rendait chez un de ses partenaires pour conclure une affaire commerciale. Démarche lente, un gros sac à la main, cet homme d’affaires ne faisait pas attention au ballet des voitures et des motos circulant sur la grande avenue. Un motocycliste avec un passager s’est approché de Katembwe Kalala. Et dans un mouvement brusque, le voleur a donné un coup à l’avant-bras de sa victime qui a lâché son sac. Le malfrat l’a aussitôt récupéré et sauté sur la moto qui a disparu dans les dédales de ce quartier.

Extorsion de 500.000 dollars par des voleurs à moto

            Dans ses sanglots, Katembwe a laissé entendre que son sac contenait le montant de 500.000 dollars et divers documents importants.

            Le 17 mars 2015, un autre braquage a été perpétré à l’agence de Raw Bank à Saint Luc, quartier Joli Parc à Ngaliema. Ce jour-là, les malfaiteurs ont terrorisé les agents à 13 heures, au moment où certains se restauraient.  Ils ont raflé une somme importante d’argent en dollars et en monnaie locale qui n’a jamais été dévoilée.

Après un mois d’intervalle, les bandits qui avaient effectué un repli stratégique, ont refait surface. C’était le 23 avril 2015, vers 14 H 20’, pour visiter l’agence de Western Union sur avenue Victoire, quartier Kauka, commune de Kalamu. C’est dans les parages de l’école de navigation de la SCTP qu’a éclaté une fusillade. Butin réalisé : 12.863 dollars et 1.260.000 FC. Dame chance venait de sourire une fois de plus aux bandits. Et comment arrêter ce safari criminel avec autant des butins amassés ?

            Ce n’est pas tout. Car, après avoir festoyé avec ce pactole, le capitaine Munga et ses comparses sont sortis de leur tanière, le 8 mai 2015, à 21 H 15’. Cette fois-ci, ils avaient ciblé le Supermarché « G G Mart » situé sur avenue By Pass n° 11 593, quartier Echangeur, mairie de Lemba.

Ils ont emporté ici 3.000 dollars et 12 millions de FC de recettes de cette grande surface, consignées depuis des jours. Et ils sont entrés en hibernation dans un repaire tenu secret, même pour leurs proches. Car, ils se savaient recherchés et traqués par les services d’enquêtes et investigations de la police.

            Cinquième braquage spectaculaire : c’était un vol à main armée commis le 21 mai 2015, à 17 H. L’agence de la Sonas de la 7 ème rue Limete, s’apprêtait à fermer ses portes, après l’opération «Jeudi Sinistres». Soudain, des civils qui feignaient attendre leur appel pour être indemnisées ont fait irruption dans les locaux de cette agence. Et droit vers la caisse, ils ont arraché une importante somme d’argent dont le montant ne sera pas dévoilé.

            Entre les mains de l’adjudant Kitambala Galo, les limiers du GRI ont saisi une voiture de marque Honda de couleur noire, immatriculée 3052 AR/01, ainsi qu’une Uzi avec des munitions.

            Nous apprenons que le 27 mai, un accrochage a été enregistré à 14 H 45’ au croisement des avenues By Pass et Itimbiri, à Lemba, où les policiers sont tombés dans un guet apens leur tendu par le chef de bande, le capitaine « Saddam ». Heureusement, l’incident survenu en pleine journée, et en pleine cité, n’a pas fait de victimes dans les deux camps.

Mais au moins, les agents de GRI continuent à poursuivre la traque de ce capitaine très recherché et qui poursuit sa cavale avec l’ambition de perpétrer d’autres coups pour renflouer son porte-monnaie.

 J.R.T.