Des argentiers réfléchissent sur la croissance du continent

0
17

La deuxième édition du Caucus africain des finances a effectivement démarré ses travaux, hier mercredi 1er août à Kinshasa, comme prévu. La cérémonie d’ouverture officielle des travaux qui a eu pour cadre le Grand Hôtel Kinshasa, a été marquée deux communications. A savoir : le mot de bienvenue du ministre congolais délégué aux Finances et président en exercice du Caucus, et le discours d’ouverture par le Premier ministre représentant le chef de l’Etat.
 Le ministre Patrice Kitebi a d’abord rappelé les thèmes qui avaient été développés lors du 1er Caucus tenu à Kinshasa du 3 au 4 août 2011 étaient. Les quatre thèmes du Caucus 2011 étaient les suivants : l’énergie, l’agriculture, l’incidence de la hausse des prix des produits alimentaires et énergétiques, et la représentation des pays africains au sein des institutions de Bretton Woods.

 Quant aux résolutions arrêtées lors des travaux de le 1ère rencontre des argentiers africains, il y en avait eu au total cinq que voici :
– Renforcer et stimuler les pools énergétiques régionaux de l’Afrique centrale, orientale, occidentale et australe ;
– Poursuivre l’objectif de mise en commun des ressources en vue de créer des économies d’échelle nécessaires au développement du secteur énergétique et d’agir de manière proactive ;
– Mettre pleinement en valeur le potentiel africain de production et d’exportation de l’électricité et de poursuivre des échanges régionaux dans ce domaine ;
– Améliorer la productivité agricole en vue de stimuler la croissance et réduire la famine et la pauvreté en Afrique ;
– Accroître la représentation de l’Afrique à tous les échelons au sein des institutions de Bretton Woods.
 A l’instar de la 1ère édition de 2011, le présent forum a aussi quatre thèmes principaux autour desquels les participants débattront. Il s’agit de : financement des infrastructures, impact de la crise de la dette, l’Afrique dans les institutions de Bretton Woods, et croissance inclusive et création d’emploi.
 Patrice Kitebi a tenu à expliquer les raisons du choix de ces thèmes, à savoir le souci de rendre inclusive la croissance qui demeure un défi majeur auquel le continent doit répondre efficacement.


 Le récession dans la zone euro est due à la crise de la dette souveraine, avec ses répercussions en Afrique suite à l’intensité des échanges entre les deux continents.
 Par ailleurs, l’orateur a indiqué que le manque cruel d’infrastructures ou leur état de délabrement très avancé constitue un important frein au développement de l’Afrique. D’où la nécessité d’un accroissement de leur financement pour permettre à l’Afrique de combler le retard.
 «L’état actuel de nos infrastructures entrave à la fois la productivité et la compétitivité du continent».
 Au sujet des infrastructures, il a souligné que celles à caractère énergétique sont au centre du processus de modernisation et de transformation des économies africaines et des conditions de vie des populations.
Enfin, il a plaidé pour que l’Afrique soit représentée dans les institutions de Bretton Woods, ainsi que dans leurs conseils d’administration.
 A son tour, ouvrant officiellement les travaux, le Premier ministre a dit que les présentes assises se tiennent à un moment crucial tant au niveau national que continental.
 Au niveau national, il y a cette grave situation de guerre qui affecte les compatriotes de la partie orientale du pays.
Augustin Matata Ponyo a souligné que le gouvernement s’emploie de manière effective à y mettre fin.


 Décrivant toutes les péripéties et tribulations que traverse le continent, le Premier ministre congolais a émis le souhait de voir l’Afrique découvrir sa propre voie.
 Parlant de la croissance, il a renseigné qu’en moyenne les pays africains ont réalisé 5% de croissance l’année dernière.
 Pour clore son propos, il a émis le vœu de voir le forum de Kinshasa être placé à la hauteur des enjeux qui l’attendent. Car, on ne peut atteindre la croissance que dans la stabilité et la paix.
 Pour rappel, le Caucus est une réunion informelle des ministres des Finances et des Gouverneurs des banques centrales d’Afrique. Son objectif est de coordonner et d’harmoniser les positions et les actions des gouverneurs auprès du FMI et de la Banque mondiale, en vue de présenter un front uni lors des assemblées annuelles desdites institutions.
 La clôture des travaux du Caucus 2012 intervient ce jeudi 2 août, dans la soirée. 

 Dom
 

LEAVE A REPLY

*