Dérapage d’une collation : le sang a coulé à Lemba

0
41

Des étudiants de l’ISTA (Institut Supérieur des Techniques Appliquées), programmés pour recevoir leurs grades académiques en seconde session, le samedi 06 novembre 2006 à la Fikin, n’ont pu arriver à la fin de la cérémonie. Selon leur DG Prof Kisisa, qui était l’invité de la RTNC, ils ont été surpris de voir des agents de l’ordre débarquer sur le lieu et interdire tout mouvement d’accès ou de sortie. L’affrontement a dégénéré en pillages et voies de fait sur des innocents. En plus des blessés qui commençaient à tomber dans les deux camps, il y avait des personnes étrangères au conflit.

         La  police s’est trouvée prise en chasse par les étudiants. Elle a ainsi dû tirer plusieurs  balles en l’air pour disperser des manifestants. Selon les témoins des balles perdues auraient fait des blessés dans la foule des gens en débandade. Pendant plusieurs heures, Lemba a vécu une situation tendue, provoquant la suspension momentanée de la circulation automobile et la fermeture des boutiques et marchés pirates.

Le laxisme de l’ESU

         Il est fort dommage que des jeunes, attendus comme cadres du Congo de demain, continuent de s’illustrer dans des comportements barbares qui n’honorent pas leur alma mater. Il y a lieu de déplorer le laxisme des autorités de l’Enseignements Supérieur et Universitaire. Alors que l’autorité de tutelle avait interdit, il y a deux ans, des cérémonies de collation de grades académiques pour les finalistes du cycle du graduat et ceux de licence présentant en seconde session, les promoteurs de ce genre de manifestations ont toujours le vent en poupe.

         Aucune sanction n’étant prise jusque-là à l’endroit des contrevenants, les « fêtes » des lauréats  G3 et licenciés de seconde session, assorties du tralala habituel (toges, sifflets, tam-tam, fanfare, cortèges motorisés, fêtards accrochés aux portières des voitures) ont repris de plus belle.

         Les incidents de samedi n’auraient sûrement pas eu lieu si les responsables de l’ESU avaient sanctionné les autorités académiques d’autres universités et instituts supérieurs qui ont foulé aux pieds les instructions ministérielles avant les autorités académiques de l’ISTA. Il est à souhaiter que le sang qui a coulé samedi à Lemba va être l’occasion, pour le cabinet Mashako, de se ressaisir et de prendre les dispositions nécessaires pour mettre un terme à l’anarchie.               

KIMP

 

LEAVE A REPLY

*