Les députés provinciaux de Kwango dénoncent la violation de l’article 80 de la Constitution

0
133

Dans une correspondance adressée au président de la Commission
Electorale Nationale Indépendante (CENI), avec copies au président de
l’Assemblée nationale, au Premier ministre et au vice-Premier ministre
en charge de l’Intérieur, les députés provinciaux du Kwango dénoncent
la violation de l’article 80 de la Constitution.
En effet, par sa décision n°001 du 16 février 2018, la CENI avait
publié un calendrier portant organisation de l’élection du gouverneur
et du vice-gouverneur de la province du Kwango, laquelle avait été
brillamment remportée par le ticket Kanys Makofi et Muteba N’swan.
Par respect pour l’article 71 de la loi électorale, la CENI avait
annoncé les résultats provisoires le 28 mars 2018. Le vendredi 13
avril 2018, la Cour d’appel de Bandundu a publié les résultats
définitifs en application stricte des articles 71, 75 et 173 de la loi
électorale. La CENI avait transmis les dossiers des candidats élus à
la présidence de la République pour investiture depuis le lundi 23
avril 2018.
Malheureusement, depuis le lundi 23 avril à ce jour, les élus de la
province ne sont toujours pas investis.  Ce qui est contraire à la
Constitution qui stipule en son article 80 : « Le président de la
République investit par ordonnance, les gouverneurs et
vice-gouverneurs de provinces élus dans un délai de 15 jours,
conformément à l’article 198 ».
Face à cette situation, la province présente un tableau suffisamment
sombre, suite au pouvoir limité des autorités intérimaires. Selon les
18 députés provinciaux signataires de la correspondance, la province
naissante du Kwango est abandonnée à son triste sort, sans autorité
légalement établie, sans budget, sans programme d’action.
Yves Kadima