Déploiement en trombe du tourisme urbain !

0
46

    Culture perdue depuis des lustres dans la capitale, le tourisme refait réellement surface dans les ménages kinois grâce aux infrastructures modernes et monuments livrés à la population.

    En effet, chaque jour, du matin au soir, des milliers de personnes, individuellement ou en famille, envahissent les sites fraichement construits ou réhabilités par le gouvernement en marge du cinquantième anniversaire de la République. Il s’agit, d’abord, de la Place du Cinquantenaire en face du Palais du Peuple avec ses fontaines d’eau et les jeux de lumière ; ensuite, de la Place du 30 Juin, située au bout du boulevard du même nom dans la Commune de la Gombe, vers la Gare centrale et où l’on retrouve encore de jeux d’eau et de lumière ; et enfin, du Rond-point Kimpwanza dans la Commune de Kasa-Vubu qui désormais est dominé par un énorme monument dédié au tout premier président de la République Démocratique du Congo, Joseph Kasa-Vubu.

 

    Ainsi, ces espaces attractifs attirent non seulement des curieux solitaires, mais surtout des parents accompagnés de leurs enfants, y compris des expatriés installés ou de passage en RD Congo. Un père de famille abordé par Le Phare a salué cette initiative qui rompt avec le monotone rendez-vous vacancier à la Foire Internationale de Kinshasa(FIKIN). « Ici au moins, nous profitons de l’occasion pour inculquer la culture du beau à nos enfants. C’est mieux que d’aller dans des kermesses et autres lieux ludiques durant cette période économique difficile que nous traversons… » s’est-il réjoui. Quant aux adultes, ils s’égayent à faire des commentaires de diverses natures sur ces endroits qu’ils comparent volontiers à ceux qu’ils ont toujours vus ou lus dans d’autres contrées. Néanmoins, tous mettent à contribution des appareils photographiques et téléphones cellulaires pour immortaliser leur passage à ces endroits.

 

De nouveaux défis

 

    A la lumière des scènes inédites dans la capitale, depuis des dizaines d’années, de nombreux observateurs attentifs sont d’avis que la livraison de tous ces ouvrages à la ville de Kinshasa pose incontestablement de nouveaux défis. Il s’agit notamment de leur entretien par les autorités et l’appropriation par la population.

    En effet, l’opinion publique exprime tout haut ses craintes de voir que cette euphorie circonstancielle ne cède sa place plus tard aux bons vieux démons de la saleté et de la crasse. Car, plusieurs opérations similaires (Retroussons les manches, Salongo, Coup de poing, Kin propre etc.) se sont révélées comme de véritables pétards mouillés au fil du temps. Tout autant, les observateurs redoutent un relâchement des autorités provinciales au risque de voir ces sites transformés en un repaire des enfants de la rue ou en dépotoirs. D’ores et déjà, les hôtes de ces lieux sont étonnement surpris de la disparition des « shégués », naguère maîtres d’anciens carrefours abandonnés. 

    Afin de suppléer à cette carence, les services du ministère des Infrastructures, Travaux publics et Reconstruction, ont indiqué que le titulaire de ce secteur, Fridolin Kasweshi Musoka, a récemment réuni son état-major et les entreprises pour des instructions précises afin de préserver l’éclat des lieux historiques. La principale recommandation, a-t-on appris, est le changement  d’esprit car les infrastructures en RDC sont devenues une véritable lanterne. « Il n’y a pas de reconstruction sans un esprit d’abnégation, de rigueur, de synergie du groupe, du sens élevé du devoir bien accompli, de responsabilité, d’innovation, bref un comportement contraignant mais conséquent face à la complexité des défis » a-t-il clamé.

    Les différents animateurs des structures des Infrastructures, a-t-on indiqué, ont aussi pris l’engagement solennel, dans un élan de solidarité, d’œuvrer pour les transformations des mentalités et l’amélioration de la productivité, gages de l’atteinte efficiente des objectifs définis dans l’exécution des travaux de reconstruction. Ils entendent opérer, avec habileté et professionnalisme des mutations et réformes profondes et adéquates dans  leurs secteurs pour redynamiser et rationnaliser la gestion tel que cela leur a été demandé.

    Notons par ailleurs que des évaluations seront conduites de façon régulière avec des indicateurs objectivement vérifiables pour s’assurer de bonnes dispositions arrêtées dans la conduite des affaires publiques. Ces stratégies concernent autant la réhabilitation des anciennes routes bitumées et la construction de nouvelles routes bitumées d’intérêt national ; le rétablissement du trafic sur une partie significative du réseau en terre et la protection et l’entretien des routes.

Pour rappel, d’après la feuille de route élaborée par le Chef de l’Etat Joseph Kabila Kabange, les objectifs immédiats et lointains sont déterminés. Il s’agit notamment de consolider la paix, de restaurer l’autorité de l’Etat sur l’ensemble du pays ; de désenclaver le territoire national, d’encourager la complémentarité multimodale route-rail-voie navigable, d’améliorer les capacités de production, réduire la pauvreté et d’accroitre la croissance économique.

Tshieke Bukasa

LEAVE A REPLY

*