Départ du comité Okende et Kibwe : les LAC en deuil !

0
67

Le siège commercial de LAC (Lignes Aériennes Congolaise), communément appelé «Air terminus», a connu une double cérémonie hier lundi 4 juin. La première, intervenue dans l’avant-midi, a été marquée par la rencontre du personnel avec le comité de gestion sortant.

Tandis que la seconde, qui a eu lieu dans l’après-midi était consacrée à la remise et reprise entre les comités sortant et entrant.
 
Le personnel inconsolable !
 
De très fortes émotions traduites par des pleurs et sanglots des cadres et agents ont marqué la cérémonie d’aurevoir ou de séparation que le personnel de la compagnie aérienne nationale a organisée à l’intention des membres du comité de gestion sortants.
Il est 10heures passées de quelques minutes lorsque le véhicule transportant l’Administrateur directeur technique et commercial des Lac assumant en même temps l’intérim du directeur général, Cherubin Okende, fait son entrée dans la cour d’Air terminus et débarque l’intéressé, qui entre dans son bureau. Peu après, il en ressort pour assister à la cérémonie organisée en son honneur par les siens, derrière le bâtiment du siège.
Premier à prendre la parole, le directeur des ressources humaines, Wadiambo Yoka, rappelle les événements qui se sont précipités en l’espace de trois jours relatifs au changement du comité de gestion à la tête de Lignes aériennes congolaises.
Observant la retenue dans sa brève adresse au personnel, l’orateur prêche un véritable évangile de moralisation et conscientisation à ses collègues travailleurs en les invitant à cultiver l’amour et à bannir le recours aux fétiches.
A son tour, le président de la délégation syndicale nationale, quelques feuillets en main, vraisemblablement le mot de circonstance à prononcer, se tient debout et s’approche de ses collègues pour leur parler. Malheureusement, le défenseur des intérêts des employés et de l’employeur ne parviendra pas à lire le message qu’il avait préparé à l’intention des cadres et agents de Lac.
Emotionné dès le prononcé du premier paragraphe de son mot, Makiese ne peut continuer. Il marque une pause, s’incline et se relève avec des yeux pleins de larmes avant de tomber complètement en sanglots ! Il abandonne la lecture et se rassoit en pleurs !
Solidaires de leur président, certains de ses camarades syndicalistes et autres travailleurs présents à la cérémonie lui emboîtent le pas. C’est le deuil.
Pour calmer l’émotion et remonter le moral, le vice-président de la délégation syndicale nationale prend le relais. Mais, pas pour longtemps ! Faustin Iluba, c’est son nom, s’efforce de poursuivre la lecture du discours de la délégation syndicale nationale.
Il parvient à lire quelques trois paragraphes, avant de céder à son tour à l’émotion et fondre en larmes comme son prédécesseur !
Les choses deviennent très sérieuses. L’émotion est sur le visage de nombreux travailleurs et les personnes fragiles ne tiennent plus ! C’est un moment de « deuil » sans cadavre : le départ de l’ADT-C Cherubin Okende et son collègue ADF Kibwe.
C’est le président de la délégation syndicale de Kinshasa, Nlandu, qui jouera au « saint esprit » pour redonner du courage aux travailleurs qui n’étaient pas prêts à accepter et digérer le départ du duo Okende – Kibwe.
Pour ne pas connaître le même sort que ses prédécesseurs, Nlandu met de côté le texte du discours jusque là non lu de la délégation syndicale nationale. Il s’emploi à exhorter les travailleurs en les préparant indirectement à accepter la pilule amer que le gouvernement leur a imposée, à l’instar de cet adage : «le vin est tiré, il faut le boire».
Spoliation des biens immobiliers et mort programmée de Lac, blocage de toute initiative visant la relance de ses activités…tout a été dénoncé par le président de la délégation syndicale locale de Kinshasa.
Avant de se poser une série de questions : Pourquoi a-t-on limogé un comité dont la volonté de relancer l’entreprise est manifeste ? A-t-il mal géré ou volé ?
Comme réponses aux questions, l’intervenant tire la conclusion ci-après : «ils sont sacrifiés pour nous». Pour cela, il a appelé ses collègues à leur manifester leur gratitude sans faille. Avant de lâcher cette parole biblique : «Les voies de Dieu sont insondables».
Enfin, il a levé l’option de continuer l’œuvre restée inachevée par ses prédécesseurs emportés par l’émotion. Il s’agit du discours de la délégation syndicale nationale qui a provoqué une ambiance de deuil chaque fois que ceux qui tentaient de lire fondaient en larmes.
 
Okende pour la préservation de la paix sociale
 
En dépit de la forte émotion dont les syndicalistes étaient frappés pour leur départ, Cherubin Okende s’est quand même efforcé de s’adresser aux cadres et agents des Lac, en Lingala.
«Soyons sûrs que nous partons avec gratitude et soutien, malgré les douleurs de la séparation», a lancé l’Adt-C sortant, en réaction à la forte émotion manifestéé par les travailleurs à son égard.
Il a relaté succinctement l’état dans lequel son comité a trouvé les Lac, en donnant les réalisations faites dans le cadre de la relance des activités de la compagnie aérienne nationale.
Parmi les réalisations du comité Okende et Kibwe, on retient que dans les 4 ans et 4 mois que celui-ci a passé à la tête de Lac, l’entreprise a réussi à régler presque toutes ses dettes, acquérir sur fonds propres un avion, à obtenir la restitution de son monopole d’assistance au sol, etc.
Evitant de décourager davantage les travailleurs, il les a plutôt invité à préserver la paix sociale espérant que leurs remplaçants poursuivront l’œuvre de la relance de l’entreprise qu’ils laissent  inachevée.
Enfin, il a terminé par interpeller le nouveau comité en ces mots : «Qu’ils sachent qu’ils n’auront pas de tâche facile. Il arrivera un moment où on leur donnera des instructions irrationnelles».
 
Dom

LEAVE A REPLY

*