Démarrage des travaux des experts au CSRP

0
38
Depuis hier, les experts de la PNC, de la société civile, des partenaires extérieurs, notamment la Mission Eupol RD Congo, Monusco, Unpol, DFID, GIZ, Unicef, sont réunis autour des techniciens du Comité de suivi de réforme de la police, pour réfléchir autour de la problématique des questions spécifiques liées à la protection de l’enfant et des violences sexuelles et des violences basées sur le genre, dans le cadre de la réforme de la Police nationale congolaise. Deux allocutions ont été prononcées à l’ouverture des travaux de cet atelier sur le rôle de la PNC dans la protection de l’enfant et des violences basées sur le genre. Dans son discours, le secrétaire exécutif du CSRP a indiqué que la réforme de la PNC est en bonne voie. En témoigne l’élaboration par le CSRP, du projet de fonctionnement et de l’organisation de la future police, en partenariat avec le commissariat général. C’est dans ce contexte, a souligné le général Elesse, que doit être renforcé le rôle de la police dans le domaine de la protection de l’enfant et celui de la lutte contre les violences basées sur le genre qui constituent des axes importants  des travaux des experts.
Le secrétaire exécutif du CSRP soutient qu’il s’agit là d’une problématique réputée prioritaire pour le gouvernement qui n’a pas manqué de soulever cette question brûlante, lors de la 7 ème réunion politique du CSRP tenue le 20 juin 2012, et à laquelle avaient pris part plusieurs ministres. Aussi a-t-il assigné à cet atelier, l’objectif principal de définir le rôle de la PNC dans le domaine de la protection de l’enfant et dans celui de la lutte contre les violences basées sur le genre. L’éclairage de différents experts, a souhaité le général Elesse, devra s’enrichir avec la présentation des expériences vécues par les acteurs de terrain, tant de la PNC que de la société civile, dans les provinces congolaises, celles menées par d’autres services de police du monde, auxquelles s’ajouteront celles des organisations de défense des droits de l’enfant, de la femme, des juristes, des médecins, des psychologues et des psycho-pédologues.
 
Pour terminer, le secrétaire exécutif du CSRP a formulé le vœu de voir  apportés dans la moule des travaux des experts, les enrichissements, les commentaires, les suggestions, ainsi que les recommandations susceptibles de donner à la PNC, toute la matière dont elle a besoin pour pouvoir enfin répondre, comme il se faut, aux attentes de la population. Ce qui permettra à la police congolaise dans sa future configuration, de pouvoir jouer efficacement son rôle dans la lutte contre les violences basées sur le genre et la protection des enfants.
Avant de souhaiter de fructueux travaux aux participants, le général Elesse a remercié les différents partenaires, et particulièrement la mission Eupol RD Congo pour son appui matériel à l’organisation de cet important atelier.
Auparavant, le chef de la mission Eupol RD Congo a loué les efforts déployés par le général Elesse, le secrétaire exécutif du CSRP, pour l’organisation de cet important atelier et pour la contribution que cet organe, sous l’égide du ministère de l’Intérieur, ne cesse d’apporter à la réforme de la Police nationale. Tout en se félicitant de la présence des représentants des autorités politiques, judiciaires et policières impliquées, le commissaire divisionnaire Jean-Paul Rikir a souhaité que la bonne collaboration entre les différentes institutions et la société civile en matière de réforme de la police, se poursuive sur la même voie.
 
L’atelier qui a démarré hier, a-t-il souligné, doit se pencher sur ce sujet particulièrement cher à l’Union européenne en général, et à la mission Eupol RD Congo en particulier, à savoir le rôle de la police de respecter et de faire respecter les droits humains, notamment en matière de protection de l’enfant et de lutte contre les violences basées sur le genre. L’importance capitale de ce sujet pour la réforme de la police et la responsabilité attribuée à la PNC dans ce domaine, a fait observer le commissaire divisionnaire Jean-Paul Rikir, sont consacrées dans la loi organique n°11/013 du 11 août 2011 qui, en son article 35, point 3, attribue à la PNC, en la personne du commissaire général adjoint chargé de la police administrative, la mission, entre autres, de coordonner la lutte contre les violences liées au genre, à la surveillance et la protection des enfants.
Pour sa part, il a émis le vœu de voir les travaux des experts contribuer à matérialiser cette volonté politique au travers des mesures concrètes et efficaces. Et d’ajouter que la mission Eupol RD Congo qu’il représente, apporte également un soutien à la fois stratégique et opérationnel aux autorités congolaises en matière de protection de l’enfant et de lutte contre les violences basées sur le genre. Cela se traduit aussi bien par un appui stratégique au ministère de l’Intérieur et à son organe dédié à la réforme de la police, le CSRP, mais aussi, au niveau opérationnel, par de nombreuses formations des magistrats et policiers oeuvrant dans ce domaine. Enfin, il a rassuré ses collègues, du soutien de sa mission pour mener à bon terme, ces travaux, et la poursuite de la réforme de la police.
Signalons que les responsables des unités de la police pour la protection de l’enfant et la lutte contre les violences basées sur le genre, dans les provinces du Nord-Kivu, Bandundu et Katanga, ont livré leurs expériences, exposé les difficultés de tous ordres et les perspectives d’avenir avec la réforme de la PNC.
La clôture des travaux intervient cet après-midi.
                                                                                                            J.R.T.

LEAVE A REPLY

*