Elle demande un franc congolais après la mort mystérieuse de sa fille

0
126

Masudi Milolo Véronique, mère de la défunte Merveille Katende, a
sollicité des dommages et intérêts d’une valeur d’un franc congolais à
Bernadette Kapinga Katende et son fils Samy Katende. Elle les accuse
d’être responsables de la mort mystérieuse de sa fille après une
cérémonie coutumière pour détecter le «tshibau» et n’avoir pas porté
assistance à la victime pendant sa maladie. A cette demande, Masudi
Milolo Véronique a déclaré incompétent le Tribunal de grande instance
de Matete pour statuer sur l’infraction d’imputations dommageables
mise à sa charge. C’est ce qui est ressorti de l’audience publique du
lundi 30 juillet 2018 dans les dossiers enrôlés sous les RP 8037/9016
consacrée à la plaidoirie.
Selon les conseils de Masudi Milolo, sa fille était mariée à Samy
Katende, fils de Bernadette Kapinga Katende. Cette dernière
soupçonnait sa belle fille Merveille Milolo Katende de méconduite sous
le toit conjugal. Pour mettre fin à toute suspicion, elle devrait
passer à une épreuve coutumière, pratique que la famille de Merveille
Milolo Katende avait rejeté et proposé, pour mettre fin à ce mariage,
de donner la somme de 20 $ représentant symboliquement la dot qui
versée. Demande rejetée par Samy Katende qui tenait à tout prix à la
tenue de la cérémonie coutumière exigée par sa mère.
Trois ans après, Bernadette Kapinga Katende, en complicité avec son
fils Samy Katende, avait invité Merveille Milolo sous prétexte  d’une
réconciliation. Une fois chez sa belle mère, Merveille avait mangé la
viande de chèvre en provenance de Kananga, bu une eau considérée comme
sacrée et reçu une bouteille de bière.
De retour sous le toit conjugal, une maladie mystérieuse s’était
déclenchée jusqu’à sa mort le 25 avril 2016. Et, pendant qu’elle était
malade, son mari Samy Katende n’avait pas pris soin d’elle. Quant à
Kapinga Katende, à travers un message téléphonique, elle avait affirmé
que Merveille était morte de «tshibau».
Selon les conseils de Masudi Milolo, Kapinga Katende ainsi que son
fils, Samy Katende, pouvaient se débarrasser de Merveille Milolo d’une
autre manière, sachant bien que la cérémonie de «tshibau» serait
fatale.
Pour ce qui est de l’infraction de diffamation à charge de Masudi
Milolo, la loi exige que toute personne soit déférée devant son juge
naturel. Et, c’est devant le juge du Tribunal de paix que cette
infraction doit être examinée. Selon ces avocats, le franc congolais
sollicité par Masudi Milolo Véronique est à titre symbolique. Après la
mort de sa fille, elle ne peut pas toucher l’argent sale.
Dans sa version des faits, le conseil de Kapinga Katende et Samy
Katende a comparé ce procès à celui qui était confié au Roi Salomon.
Si Samy avait pris les 20$ à titre symbolique comme dot, c’est lui qui
allait mourir. Il a martelé qu’il n’y a jamais eu une cérémonie
coutumière organisée par Kapinga Katende après la méconduite de sa
belle fille.
Consciente de son comportement, Merveille Milolo avait quitté
d’elle-même le toit conjugal pour rester chez ses parents. Le temps de
comprendre les raisons de ce départ, Samy Katende avait reçu de la
part de son beau-père le message que le mariage était rompu, pour
avoir refusé de prendre la somme proposée à titre symbolique comme la
dot.
Yves Kadima