DECLARATION DE L’OPPOSITION POLITIQUE

0
27

Après le passage en force du Président Joseph KABILA au Parlement au cours de la récente révision constitutionnelle, qu’il a opérée unilatéralement, dans la précipitation et au mépris de toutes observations, de forme et de fond, soulevées par l’ensemble de I’opposition politique congolaise;

A la suite des réactions négatives de la majorité des Forces Politiques et Sociales significatives du pays devant cette imposture ;

Tout en saluant les prises de position des principaux partenaires au processus électoral en cours dans notre pays, notamment celle de I’Union Européenne pour sa lecture perspicace de cette épineuse question ;

Les Partis politiques et les Regroupements Politiques de I’Opposition politique signataires de la Déclaration Politique du 09 Janvier 2011 se sont retrouvés à Kinshasa en vue d’évaluer cette crise politique délibérément créée par le Chef de l’Etat Joseph Kabila.

 

Après débats et délibérations, I’Opposition Politique Congolaise déclare ce qui suit :

1. L’Opposition Politique remercie le Peuple Congolais, pour son refus massif de la modification injustifiée de la Constitution de la République à travers les 11 Provinces du pays, notamment en ce qu’elle viole intentionnellement I’intouchable article 220 de ladite Loi Fondamentale pourtant adoptée par référendum et qu’elle contient les germes de la résurgence d’une dictature qui ne dit pas son nom.

2. L’Opposition Politique Congolaise remercie le vaillant Peuple Congolais pour l’accueil chaleureux qu’il est en train de réserver aux Pétitions initiées en vue de l’abrogation pure et simple de ladite révision constitutionnelle et exhorte tous les patriotes à maintenir la vigilance pour faire échec à la volonté désormais établie du Président Joseph Kabila de liquider tous les acquis démocratiques tant de la Conférence Nationale Souveraine que du Dialogue Inter congolais.

3. L’Opposition Politique, prenant acte des récentes déclarations publiques du Président de I’Assemblée Nationale en rapport avec la volonté du Pouvoir de réviser la Loi électorale, dénonce ces stratégies et manoeuvres dilatoires, une fois de plus initiées par le Président Joseph KABILA, qui en réalité s’apprête à introduire dans la Loi électorale des dispositions qui vont consacrer la discrimination, I’exclusion et I’inégalité des chances, afin d’achever tout ce qui reste encore du Consensus Politique négocié et conclu sous les auspices des Nations Unies dont le Président Kabila est pourtant le principal bénéficiaire.

4. L’Opposition Politique tient à réaffirmer sa décision de participer aux prochaines échéances électorales de 2011. Mais elle réaffirme son attachement à un processus électoral consensuel, ouvert et inclusif, gage de la Cohésion Nationale et de la Réconciliation Nationale. De ce fait, elle rejette d’avance toute révision de la Loi Electorale taillée sur mesure.

5. L’Opposition Politique invite toutes les Forces Politiques et Sociales du pays, acquises au changement Démocratique, à une mobilisation tous azimuts en vue de barrer la route à toute tentative de nous replonger dans une impasse politique dont les conséquences seront incalculables.

6. L’Opposition Politique s’insurge, enfin, contre d’une part, toutes sortes de tracasseries du Pouvoir dont sont victimes les opposants au Régime dans I’exercice de leur mission d’encadrement de la population et, d’autre part, le climat d’insécurité qui prévaut sur I’ensemble du territoire national en général et au sein des campus universitaires du pays en particulier.
A cet égard, I’Opposition Politique congolaise invite la MONUSCO, qui a la protection de la population dans son mandat, de diligenter une enquête indépendante en vue notamment de tirer au clair et d’établir les responsabilités dans les événements qui ont dernièrement provoqué plusieurs morts à I’UNlKlN et à I’ISTA.

7. L’Opposition politique réaffirme sa détermination à la consolidation de son unité retrouvée et, avec le peuple tout entier, à appliquer sans faille cette disposition pertinente de la Constitution qui impose à tout Congolais de toujours « désobéir à tout ordre manifestement illégal » qui peut porter atteinte à I’indépendance et à la souveraineté de la République Démocratique du Congo.

Fait à Kinshasa, le 1er  février 2011

 

LEAVE A REPLY

*