Déclaration commune de l’opposition :le mal congolais, c’est Joseph Kabila

1
407

L’opposition congolaise, toutes tendances confondues, a mis une
sourdine à ses divergences pour répondre, point par point, au dernier
discours du chef de l’Etat sur l’état de la Nation, fait devant les
deux chambres du parlement réunies en Congrès, le jeudi 19 juillet
2018 au Palais du peuple.
A cet effet, les principales forces politiques de l’Opposition
étaient représentées hier lundi 23 juillet à la paroisse Notre Dame de
Fatima, dans la commune de la Gombe. Jean-Marc Kabund pour l’UDPS, le
duo Pierre Lumbi et Delly Sesanga pour l’Ensemble, Martin Fayulu pour
la Dynamique, Baudouin Mayo pour l’UNC, Jacques Djoli pour le MLC, ont
parlé le même langage sur les enjeux politiques de l’heure.
A travers une déclaration commune lue par le Secrétaire général de
l’Ensemble, Delly Sesanga, l’Opposition congolaise a perçu le discours
de Joseph Kabila comme un certificat d’autosatisfaction qu’il est
attribué à lui-même dans un « Congo imaginaire ».
A l’instar de Jean de Dieu Nguz a Karl-i- Bond, qui affirmait que
Mobutu était l’incarnation du mal zaïrois, les sociétaires de
l’opposition considèrent Joseph Kabila comme le mal congolais.
En vue de l’extirper de l’environnement national, ils ont pris
l’engagement d’œuvrer ensemble, par des actions communes, pour lui
imposer le respect de la Constitution.
L’UDPS, l’Ensemble, la Dynamique, l’UNC et le MLC se sont accordés
sur les préalables majeurs pour obtenir des élections transparentes en
décembre de cette année notamment, à savoir le non usage de la machine
à voter, le nettoyage du fichier électoral, l’application des mesures
de décrispation politique, le remplacement de Jean-Pierre Kalamba au
poste de Rapporteur de la CENI.              ERIC WEMBA
DECLARATION POLITIQUE DE L’OPPOSITION
1. Les partis et regroupements politiques de l’Opposition ont examiné
le discours du Président Joseph Kabila, sur l’état de la Nation,
discours prononcé le 19 juillet 2018 devant les deux chambres réunies
en Congrès;
2. Ce discours confirme que Monsieur Kabila est indubitablement dans
la logique de coup de force après avoir instrumentalisé toutes les
institutions de la République, procédé à une mise en place frauduleuse
des membres de la Cour constitutionnelle, recruté et formé des milices
politiques dévouées à sa cause au sein de son parti et confié le
commandement des Forces Armées de la République Démocratique Congo et
de la Police Nationale à des officiers généraux visés par des
sanctions internationales pour abus et atteintes aux Droits Humains.
3.      L’Opposition congolaise considère que c’est une manoeuvre de plus
de Monsieur Kabila pour instaurer un régime personnel qu’il compte
légitimer par une parodie d’élections, sous le fallacieux prétexte de
souveraineté nationale. Ce faisant, et pour régner par la terreur,
Joseph KABILA se construit un monde à lui, isolé du peuple, de la
sous-région et de la Communauté internationale.
4.      Totalement déconnecté des réalités du pays et ne se souciant
nullement des préoccupations des Congolais, Joseph Kabila tire
cyniquement de sa• gestion chaotique un bilan personnel de réussite et
une autosatisfaction qui contrastent gravement avec la misère dans
laquelle croupissent des millions de Congolais, l’insécurité endémique
et généralisée qui sévit dans le pays, particulièrement à l’Est, la
déliquescence continue des administrations publiques et l’absence
totale de l’autorité de l’Etat, la chute des investissements publics
et privés, le bradage du patrimoine national, la crise politique
inutile dans laquelle il a plongé la RDC et les incertitudes qui
pèsent sur l’avenir du pays.
5. Tout cela est revendiqué par Joseph Kabila au nom d’une certaine
passion pour le Congo. En vérité, sa passion pour le Congo, c’est un
Congo où règnent la corruption, le pillage systématique et la
patrimonialisation des ressources naturelles ainsi que de l’économie
nationale sans la moindre compassion pour les Congolaises et les
Congolais,
6. La passion pour le Congo qu’évoque Monsieur Joseph Kabila, ce sont
les scandales financiers de Panama papers et de la BGFI, le
passeport-gate, la dissipation de plus d’un milliard de dollars des
pas-de-porte des contrats miniers, des marchés publics octroyés sans
appel d’offre à des proches et à des commissionnaires internationaux,
des détournements scandaleux des deniers publics dans l’impunité
totale, la distribution des privilèges à ses proches. L’autre passion,
la chosification des congolais, les violations massives des droits
humains et des libertés publiques, la répression sanglante des
manifestants pacifiques et des opposants, les tueries des citoyens
congolais, les fosses communes, les viols, les crimes de sang, les
crimes contre l’humanité au Kasaï, au Kongo central, au Nord-Kivu et
en Ituri, la démultiplication des groupes armés, la recrudescence des
kidnappings avec demandes de rançon, l’esclavage sexuel des femmes et
les extorsions des biens privés par les autorités publiques qui sont
devenus le lot quotidien des Congolais sous le régime Kabila.
7. La grande passion de Monsieur KABILA, c’est aussi l’appropriation
de la Commission Electorale Nationale Indépendante, CENI, afin de
poursuivre l’entreprise de se servir au sommet de l’Etat en
appauvrissant les Congolais à qui il reproche avec ironie de faire
trop d’enfants:
8. L’Opposition stigmatise l’énorme gâchis des vies humaines, des
ressources naturelles et matérielles ainsi que les efforts de la
communauté internationale pour rebâtir un Etat stable et démocratique
au Congo, gâchis auquel ont conduit les nombreuses tentatives
d’instauration de la dictature et de tripatouillage de la Constitution
par Joseph Kabila.

9, L’Opposition congolaise exige des élections crédibles,
transparentes et apaisées qui respectent la Constitution, l’Accord de
la Saint Sylvestre ainsi que les résolutions 2348 et 2409 du Conseil
de sécurité des Nations Unies ;
10. L’Opposition politique souligne qu’au-delà de la non
représentation de Monsieur Joseph KABILA à l’élection présidentielle,
qui est un acquis découlant de la Constitution de la République
(articles 70 et 220) et de l’Accord de la Saint Sylvestre,
l’opposition politique fera obstacle à tout processus électoral
conduit de manière unilatérale par le camp de Monsieur KABILA et basé
sur la fraude ou organisé en violation des Droits et Libertés des
citoyens;
11. Pour l’Opposition, il est impérieux, par conséquent que :
a) le fichier électoral soit nettoyé de près de 10.000.000 de présumés
fictifs qui y logent sur un total de 40.024. 897 enrôlés ;
b) la machine à voter, non prévue ni par la loi électorale ni dans le
calendrier de la CENI et sans consensus des acteurs politiques et
sociaux, soit écartée;
c) la mise en oeuvre des mesures de décrispation politique prévues
dans l’Accord du 31 décembre 2016 soit effective, notamment par le
retour en hommes libres et en toute sécurité de Moïse KATUMBI, de
Antipas MBUSA NYAMUISI, de Floribert ANZULUNI ainsi que par la
libération des prisonniers et détenus politiques dont Jean-Claude
MUYAMBO, Franck DIONGO et DIOMI NDONGALA, les militants des mouvements
citoyens FILIMBI et LUCHA.
d) la CENI soit redynamisée, notamment par le remplacement du délégué
de l’UDPS, comme convenu dans l’Accord de la Saint Sylvestre;
12. Par ailleurs, l’Opposition relève qu’ayant perdu toute légitimité
pour engager la Nation congolaise, Joseph KABILA est désormais le mal
congolais. Il est l’obstacle majeur à l’alternance démocratique en RDC
et constitue le principal facteur d’instabilité dans la région des
Grands Lacs.
13. C’est pourquoi, l’Opposition politique :
1) dénonce les actes posés par Monsieur Joseph Kabila depuis
l’expiration de son mandat pour se maintenir au pouvoir, actes qui
impacteront, sans doute, négativement le fonctionnement régulier de la
République même après les élections;
2) met en garde contre toutes velléités de conclure avec Joseph Kabila
et son gouvernement illégitimes, des accords, contrats ou conventions
généralement quelconques portant notamment sur les finances publiques,
le patrimoine de l’Etat et les ressources naturelles de la RD et
touchant aux intérêts vitaux de la Nation congolaise.
3) appelle le Peuple congolais à mettre fin à la passion criminelle de
Joseph Kabila pour le Congo qui précipite le pays vers le chaos, et à
faire obstacle par tous les moyens, y compris par le recours et
l’article 64, à toute velléité de Monsieur Kabila de se maintenir au
pouvoir en violation de la Constitution et d’instaurer une nouvelle
dictature dans notre pays;
14. L’Opposition politique s’engage à oeuvrer, aux côtés du peuple
congolais, par des actions communes, qui seront communiquées
incessamment, pour imposer le respect de la Constitution et
l’avènement de l’alternance démocratique.
15. L’Opposition politique salue les efforts de l’Union Africaine, des
Organisations sous-régionales africaines, de l’Union européenne et des
Nations Unies qui oeuvrent toutes de concert pour la stabilité de la
Rd Congo. Elle les invite à demeurer aux côtés du peuple congolais
dans cette période difficile de son histoire.
16. A cet effet, l’Opposition lance un appel à l’Union africaine, à la
SADC, à la CIRGL de prendre toutes les dispositions nécessaires pour
préserver la paix et la stabilité de la RD Congo et de la sous-région
si Joseph Kabila persiste dans sa politique de déstructuration et de
déstabilisation.

Fait à Kinshasa,
le 23 juillet 2018

1 COMMENT

Comments are closed.