Décès suspect de Julieta Firmimo

0
66

Les étudiants de l’UPC manifestent contre l’Hôpital du Cinquantenaire
Après avoir été reçue pour une consultation médicale à l’Hôpital du Cinquantenaire, situé sur l’avenue du 24 Novembre non loin de son université, le samedi 14 février 2014, l’étudiante Julieta Firmino, inscrite en troisième Graduat de la faculté de droit de l’Université Protestante du Congo, s’est éteinte le dimanche 15 février2015 à 2 heures du matin, aussitôt après son admission à la Clinique Ngaliema.

D’après ses camarades étudiants qui ont envahi hier lundi 16 février 2015 dans la matinée la concession de l’Hôpital du Cinquantenaire, la mort de cette étudiante aurait été provoquée par un médecin indien. A les en croire, l’homme en blouse blanche aurait donné une bouteille d’eau à la patiente qui, après l’avoir consommée, aurait piqué une forte crise.

Son état de santé s’étant rapidement dégradé, Julieta Firmimo a été transférée d’urgence par ambulance à la clinique Ngaliema. Etait-elle décédée à l’Hôpital du Cinquantenaire ou lors de son acheminement vers une autre formation médicale ?

Telle est la question qui préoccupe actuellement non seulement les membres de sa famille mais également ses condisciples de l’UPC ainsi que ceux d’autres universités de la place.

Face à la forte tension qui montait hier dans le périmètre, la police est intervenue dans l’enceinte de l’Hôpital du Cinquantenaire pour disperser les étudiants qui ne juraient que par l’arrestation de ce médecin qu’ils considèrent comme l’auteur de la mort de leur camarade.

Dans cette ambiance confuse, les journalistes n’ont pas pu accéder aux responsables de cet établissement hospitalier pour obtenir leur version des faits. En dépit de cette présence policière, les manifestants qui portaient des affiches sur lesquelles on pouvait lire « Je suis Firmimo » continuaient de scander des slogans hostiles à l’Hôpital du Cinquantenaire, exigeant des explications sur le décès de leur amie.
Ils se sont finalement retranchés dans la cour de l’Université Protestante du Congo pour poursuivre leur mouvement. Dans le souci de calmer les esprits, le ministre de la Santé, Félix  Kabange Numbi, a fait le déplacement de l’Hôpital du Cinquantenaire où il s’est entretenu avec une délégation des étudiants de l’UPC.

Après cet entretien, le patron de la Santé s’est rendu à l’Université Protestante du Congo pour apaiser les étudiants en colère. Dans son adresse à la communauté estudiantine de l’UPC, Félix Kabange Numbi a annoncé l’ouverture d’une enquête pour établir la vérité sur la mort de Firmimo.
Il a promis de saisir la justice à l’issue de cette enquête pour sanctionner les présumés responsables du décès de cette étudiante. Suite aux assurances données par le ministre de la Santé, les étudiants ont regagné leurs auditoires, dans l’espoir que le gouvernement s’investira  entièrement dans le dossier pour que la lumière soit faite sur la mort de Firmimo.

La grande question qui étonne les observateurs est le transfèrement par l’Hôpital du Cinquantenaire, présenté comme l’un des plus modernes et des mieux équipés de l’Afrique Centrale, d’une patiente vers une formation médicale présumée de standing inférieur.

ERIC WEMBA