Décentralisation : des défis restent encore à relever

0
54

La cérémonie d’ouverture des travaux de la 4ème phase de la campagne nationale de vulgarisation et de sensibilisation sur la décentralisation s’est déroulée le vendredi 27 juin 2014, au quartier Matonge, dans la commune de Kalamu, sous le haut patronage du ministre de l’Intérieur, Affaires Coutumières et Décentralisation, représenté par  le vice-ministre en charge de la décentralisation et avec le concours de la Cellule Technique d’Appui à la Décentralisation (CTAD). Le lancement de cette 4ème phase qui s’inscrit dans le cadre de la poursuite des activités de l’appropriation de la mise en œuvre de la décentralisation, découle de l’objectif visant la mise en œuvre de cette politique nationale.

Après avoir longtemps fonctionné dans un système de centralisation où toutes les décisions étaient prises à partir de la capitale, la RDC expérimente depuis 7 ans maintenant, la décentralisation comme nouveau mode d’organisation et de gestion des affaires publiques qui consacre la participation des collectivités locales à la gestion de la chose publique, le rapprochement de l’administration de l’administré et favorise l’émergence d’un Etat démocratique.

A l’occasion de la journée de la décentralisation dans la ville de Kinshasa, le vice-ministre en charge de la décentralisation, Egide Ngwokoso, a laissé entendre dans son discours inaugural que cette réforme de l’organisation territoriale et administrative du pays, imposée par l’immensité de l’étendue territoriale et la diversité socioculturelle, s’articule autour de trois principaux axes à savoir : le nouveau découpage du territoire national, l’autonomie étendue des provinces , dotées dorénavant d’une autonomie politique, administrative, financière, économique, et enfin l’octroi du statut d’entité territoriale décentralisée à la ville, à la commune, au secteur et à la chefferie. Il a souligné à propos que d’importantes avancées ont été enregistrées autour de la décentralisation, mais que beaucoup reste encore à faire. Et pour parvenir à relever ces défis, il a expliqué que le gouvernement  doit organiser au cours de cette année 2014, une série d’activités prioritaires.

Egide Ngwokoso a par la suite rappelé que c’est depuis février 2007 que les institutions provinciales sont en place sur toute l’étendue du pays. Cependant, les entités territoriales décentralisées, les villes, les communes, les secteurs et les chefferies ne sont pas encore dotés de leurs organes de gestion et de décision, le processus électoral n’étant pas encore achevé. C’est ainsi qu’en vue de dégager un consensus sur une mise en œuvre maitrisée de cette réforme, il avait été organisé du 3 au 5 octobre 2007, un forum national sur la décentralisation qui a réuni les principales forces vives du pays. La relance du processus de la décentralisation, notamment par l’examen et l’adoption des 4 premières lois de la décentralisation par le parlement, fut l’un des résultats les plus importants de ce forum. Et concernant le cadre juridique, le vice-ministre a indiqué que plusieurs lois ont été promulguées   et d’autres sont en cours d’examen et d’élaboration.

            Pour sa part, le coordonnateur de la CTAD, Makolo Jibikilay, a souligné que les divisions provinciales ont un rôle important à jouer comme acteurs dans le cadre de la décentralisation de la ville de Kinshasa, étant donné qu’elles occupent une place de choix.

 

Myriam IRAGI

LEAVE A REPLY

*