Décédé à Bruxelles : Bomboko sera inhumé aujourd’hui

0
74

bombokoDécédé le jeudi 10 avril2014 à Bruxelles, Justin -Marie Bomboko sera conduit à sa dernière demeure ce mardi 22 avril 2014 dans le carré français du cimetière de la Gombe.

Hier,  lundi 21 avril 2014, la dépouille du chef de la diplomatie du premier gouvernement de la République Démocratique du Congo après l’indépendance sous la direction  de Patrice Emery Lumumba, a été exposée dans la concession du ministère des Affaires Etrangères dans l’avant –Midi.

Le ministre des Affaires Etrangères, Raymond Tshibanda a rendu un vibrant hommage à celui qui fut l’un de ses prédécesseurs.

Il a déposé une gerbe de fleurs faisant l’éloge  des talents diplomatiques de ce pionnier de l’indépendance.

Aussitôt après le ministère des Affaires Etrangères, le corps de l’illustre disparu a été amené à la Cathédrale, Notre Dame du Confo) pour une messe des suffrages célébrée par l’archevêque de Kinshasa, le cardinal Monsengwo en présence du président de l’Assemblée nationale, Aubin Minaku, du Sénat Léon Kengo, ministres, députés, sénateurs et acteurs politiques aussi bien de  l’opposition que de la majorité.

A l’intérieur et à l’extérieur de l’église, bon nombre des kinois venus de quatre coins de la capitale étaient présents pour rendre un dernier hommage à l’un des pères de l’indépendance de la République Démocratique du Congo. Les Anamongo avec en tête  leur nouveau chef, le Secrétaire Général de l’UNC, Jean Bertrand Ewanga, intronisé successeur de Bomboko, ont marqué leur présence.

Dans son homélie, le Cardinal Monsengwo a loué la foi et l’engagement de Justin- Marie Bomboko dans l’église catholique.

L’officiant du jour a fait savoir que Justin Marie Bomboko, un intellectuel de première heure, formé dans les écoles jésuites était au service de la Nation congolaise depuis  1960.

Pour l’ancien président de la Conférence nationale souveraine, Bomboko a milité tout au long de son parcours politique pour l’unité de la RDC.

Outre l’homélie du cardinal, tous les autres témoignages sont allés dans le sens de louer les talent diplomatique de ce pionnier de l’indépendance.

Son fils aîné, Bomboko Junior, l’ambassadeur Nzeza et Mukamba ont retracé la biographie d’un fin diplomate a pratiqué une diplomatie a aidé son pays minés par des rébellions et sécession à se stabiliser.

 Son Fils aîné a rappelé les qualités d’un grand négociateur pour des compromis politiques en faveur du retour de la paix en République Démocratique du Congo.

            Il a indiqué que Justin- Marie Bomboko était d’un apport remarquable dans les grands rendez-vous politiques de la RDC, (de la table ronde de Bruxelles au dialogue inter congolais  à Sun City).

            L’ambassadeur Nzeza a souligné que l’illustre disparu, après ses études en Sciences politiques à L‘Université catholique de  Louvain  à Bruxelles, a contribué à la formation des intellectuels congolais dans les grandes écoles belges et européennes.

Mukamba  a précisé que c’est grâce au patriarche Bomboko que les officiers congolais ont été formés dans les prestigieuses écoles militaires de l’occident pour bâtir une armée forte qui a fait ses preuves au pays et en Afrique.

Après la messe, la dépouille a été conduite au Palais du peuple pour la suite des hommages.

            Sur place, le premier ministre Matata, le président de l’Assemblée Nationale, Aubin Minaku, le président du Sénat, Léon Kengo et plusieurs officiels ont déposé leurs gerbes de fleurs.

ERIC WEMBA  

LEAVE A REPLY

*