Culture : établir des passerelles entre le Nord et le Sud

0
54

Installé dans l’Hexagone,   professeur des arts plastiques en région parisienne, le peintre Kenya Kanynda s’est mis à l’idée de faire profiter son expérience acquise en Occident à ses compatriotes restés en RDC.  C’est dans cette optique, qu’il a mis sur pied l’asbl « Arts et Visions »  qui totalise 15 ans d’existence.

Ensemble avec quatre autres animateurs d’Arts et Visions, il  a eu à organiser des journées d’échanges entre africains et occidentaux en Europe.  Au cours de ces échanges, africains de la diaspora et blancs ont souvent parlé de l’art, de la gastronomie, de la culture……

Habitué à passer ses vacances à Kinshasa, il veut  établir des passerelles entre artistes congolais et occidentaux,  créer un espace d’expression entre eux. Les artistes plasticiens de l’Union Européenne devraient venir en RDC.  Il y aura des expositions des œuvres d’art, des exposés, des semaines culturelles  et bien d’autres activités connexes.

Il a indiqué que les choses ne se feront pas de manière sectaire.

Ces échanges  seront profitables à toutes les parties, dans la mesure où tout en s’ouvrant aux autres, on essaie de garder son originalité.

La peinture, la sculpture, la comédie, la musique…. sont les disciplines ciblées pour ces échanges. Il n’est pas exclu que des adolescents  congolais se rendent en Europe dans le cadre de ce projet.

Cela ne saurait tarder, a précisé notre hôte.

Arts et Vision  est en partenariat avec « Arts et Développement » établi en RDC. Ancien étudiant en Communication visuelle à l’ABA , il  aimerait aussi faire quelque chose pour l’institut supérieur qui l’a  formé avant d’aller poursuivre ses études la peinture en France

Que comptez- vous faire pour l’ABA ?

La science, tout comme la technologie est universelle. Il y a plusieurs choses apprises en Occident qui peuvent intéresser le personnel académique  de l’ABA.

Pour le moment, il est encore tôt de dire ce que je vais faire exactement, a-t-il déclaré. Les congolais sont friands de la culture dite populaire, espérez- vous les « apprivoiser » facilement ? Il y a des gens qui s’intéressent  à ce qui est local et d’autres  tournés vers l’extérieur»s, a-t-il souligné.

Jean- Pierre Nkutu

LEAVE A REPLY

*